Accueil | Actualités | Médias | « Causette » en redressement judiciaire
Pub­lié le 30 avril 2015 | Éti­quettes :

« Causette » en redressement judiciaire

Selon La Correspondance de la presse, le magazine féminin Causette a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Paris. Une information confirmée par la direction du mensuel.

En 2014, Causette a en effet accusé un déficit de 600 000 euros, dû en grande partie à une querelle interne entre la rédaction et la direction. Ce conflit avait alors empêché la sortie de deux numéros, entraînant un manque à gagner de 400 000 euros. Suite à ce différent, « il y a eu six ruptures conventionnelles qu'il a fallu financer », a ajouté Grégory Lassus-Debat, le gérant du titre à l'origine de la requête devant le tribunal de commerce.

Et ce dernier d'ajouter que le journal a également été victime de « très grosses erreurs comptables » commises par un cabinet extérieur. Résultat : « On perdait de l'argent sans le savoir », a-t-il expliqué. Pour lui, le redressement judiciaire est donc nécessaire afin de « geler les dettes envers les fournisseurs » et d'éviter les licenciements.

Le dispositif a été assorti d'une période d'observation de six mois. Un coup dur pour le mensuel après des années passées à l'équilibre.

Crédit photo : Causette.fr (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This