Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

12 avril 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

En voilà un qui tire des conclusions pour le moins hâtives. Hugo Domenach, journaliste au Point, s’est basé sur un site douteux pour affirmer, le 9 avril, que « Jean-Marie Le Pen se proclame candidat à la présidentielle de 2017 ! »

En cette péri­ode de con­flit entre le père et la fille au sein du Front Nation­al, l’an­nonce avait de quoi aggraver sérieuse­ment la sit­u­a­tion. Jean-Marie Le Pen, can­di­dat en 2017, et donc con­tre sa fille ? C’est ce qu’a affir­mé sans sour­ciller Le Point sur son site inter­net en se bas­ant sur le site jeanmarielepen2017.com. L’au­teur, con­statant que le site avait été créé avant l’en­tre­tien polémique don­né par Le Pen à Rivarol, y voy­ait là « la preuve que les récents “déra­pages” du Men­hir ne sont que le fruit d’une stratégie mûre­ment réfléchie… »

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Can­di­da­ture de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Mais le jour-même, le patri­arche pub­li­ait un démen­ti sur son site, offi­ciel celui-là, pour assur­er qu’il s’agis­sait « évidem­ment d’un can­u­lar dont le but est de semer la zizanie au Front Nation­al ». Et celui-ci d’a­jouter, taquin, qu’il était « affligeant de con­stater qu’un organe de presse en ligne pré­ten­du­ment sérieux comme lepoint.fr le reprenne pour argent comp­tant. Cela en dit long sur le sérieux de cer­tains jour­nal­istes qui devraient tout d’abord véri­fi­er la vérac­ité de leurs allé­ga­tions, b.a.-ba de leur méti­er. »

Car il est vrai, un sim­ple coup d’œil aver­ti per­me­t­tait à tout un cha­cun d’émet­tre de sérieux doutes sur le car­ac­tère offi­ciel du site en ques­tion : archi­tec­ture incer­taine, dres­sage de louanges abusif, ton trop engagé… Mais plutôt que d’as­sumer son erreur, Hugo Dom­e­n­ach a préféré bot­ter en touche en assur­ant, les yeux dans les yeux comme Cahuzac, sur son compte Twit­ter : « Je ne suis pas l’au­teur de l arti­cle sur la can­di­da­ture de Le Pen. Erreur de sig­na­ture. »

Faux, à en croire le site Fdes­ouche qui a pub­lié dans la foulée une cap­ture d’écran d’un cour­riel envoyé par hdomenach@lepoint.fr au webmestre du site sup­posé de Le Pen, où il demande juste­ment si le prési­dent d’hon­neur du FN en est bien le respon­s­able.

Trop impa­tient, désireux de sor­tir le scoop de la semaine ou encore par pure volon­té de nuire au Front Nation­al, Hugo Dom­e­n­ach n’au­ra vis­i­ble­ment pas su atten­dre.

Depuis, sa sig­na­ture a été retirée et l’ar­ti­cle lui-même a été totale­ment revu. Il s’in­ti­t­ule désor­mais « Un site par­o­dique annonce la can­di­da­ture de Jean-Marie Le Pen pour 2017 ! ». Or c’est bien Le Point qui a annon­cé cette can­di­da­ture, et en aucun cas ce site qui a été créé, sem­ble-t-il, par des mil­i­tants, en sou­tien à une can­di­da­ture souhaitée du fon­da­teur du FN.

Dans la soirée, Le Point a pub­lié un court com­mu­niqué pour expli­quer l’his­toire de cette « faute ». « Le Point s’est lais­sé abuser quelques min­utes — de trop — par ce site par­o­dique. L’ar­ti­cle, trop vite écrit, trop vite édité et trop vite pub­lié, en con­tra­ven­tion avec nos procé­dures de véri­fi­ca­tion habituelles, a en out­re été attribué à tort à Hugo Dom­e­n­ach », explique l’heb­do­madaire. Mais si ce dernier recon­naît bien une faute, il n’évoque à aucun moment la preuve fournie par Fdsouche mon­trant qu’Hugo Dom­e­n­ach est bien l’au­teur du papi­er en ques­tion… ce qu’il nie tou­jours.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision