Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

12 avril 2015

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

En voilà un qui tire des conclusions pour le moins hâtives. Hugo Domenach, journaliste au Point, s’est basé sur un site douteux pour affirmer, le 9 avril, que « Jean-Marie Le Pen se proclame candidat à la présidentielle de 2017 ! »

En cette péri­ode de con­flit entre le père et la fille au sein du Front Nation­al, l’an­nonce avait de quoi aggraver sérieuse­ment la sit­u­a­tion. Jean-Marie Le Pen, can­di­dat en 2017, et donc con­tre sa fille ? C’est ce qu’a affir­mé sans sour­ciller Le Point sur son site inter­net en se bas­ant sur le site jeanmarielepen2017.com. L’au­teur, con­statant que le site avait été créé avant l’en­tre­tien polémique don­né par Le Pen à Rivarol, y voy­ait là « la preuve que les récents “déra­pages” du Men­hir ne sont que le fruit d’une stratégie mûre­ment réfléchie… »

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Can­di­da­ture de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Mais le jour-même, le patri­arche pub­li­ait un démen­ti sur son site, offi­ciel celui-là, pour assur­er qu’il s’agis­sait « évidem­ment d’un can­u­lar dont le but est de semer la zizanie au Front Nation­al ». Et celui-ci d’a­jouter, taquin, qu’il était « affligeant de con­stater qu’un organe de presse en ligne pré­ten­du­ment sérieux comme lepoint.fr le reprenne pour argent comp­tant. Cela en dit long sur le sérieux de cer­tains jour­nal­istes qui devraient tout d’abord véri­fi­er la vérac­ité de leurs allé­ga­tions, b.a.-ba de leur métier. »

Car il est vrai, un sim­ple coup d’œil aver­ti per­me­t­tait à tout un cha­cun d’émet­tre de sérieux doutes sur le car­ac­tère offi­ciel du site en ques­tion : archi­tec­ture incer­taine, dres­sage de louanges abusif, ton trop engagé… Mais plutôt que d’as­sumer son erreur, Hugo Dom­e­n­ach a préféré bot­ter en touche en assur­ant, les yeux dans les yeux comme Cahuzac, sur son compte Twit­ter : « Je ne suis pas l’au­teur de l arti­cle sur la can­di­da­ture de Le Pen. Erreur de signature. »

Faux, à en croire le site Fdes­ouche qui a pub­lié dans la foulée une cap­ture d’écran d’un cour­riel envoyé par hdomenach@lepoint.fr au webmestre du site sup­posé de Le Pen, où il demande juste­ment si le prési­dent d’hon­neur du FN en est bien le responsable. 

Trop impa­tient, désireux de sor­tir le scoop de la semaine ou encore par pure volon­té de nuire au Front Nation­al, Hugo Dom­e­n­ach n’au­ra vis­i­ble­ment pas su attendre.

Voir aussi  2017 : Le Point prend partie pour Juppé et Hollande

Depuis, sa sig­na­ture a été retirée et l’ar­ti­cle lui-même a été totale­ment revu. Il s’in­ti­t­ule désor­mais « Un site par­o­dique annonce la can­di­da­ture de Jean-Marie Le Pen pour 2017 ! ». Or c’est bien Le Point qui a annon­cé cette can­di­da­ture, et en aucun cas ce site qui a été créé, sem­ble-t-il, par des mil­i­tants, en sou­tien à une can­di­da­ture souhaitée du fon­da­teur du FN.

Dans la soirée, Le Point a pub­lié un court com­mu­niqué pour expli­quer l’his­toire de cette « faute ». « Le Point s’est lais­sé abuser quelques min­utes — de trop — par ce site par­o­dique. L’ar­ti­cle, trop vite écrit, trop vite édité et trop vite pub­lié, en con­tra­ven­tion avec nos procé­dures de véri­fi­ca­tion habituelles, a en out­re été attribué à tort à Hugo Dom­e­n­ach », explique l’heb­do­madaire. Mais si ce dernier recon­naît bien une faute, il n’évoque à aucun moment la preuve fournie par Fdsouche mon­trant qu’Hugo Dom­e­n­ach est bien l’au­teur du papi­er en ques­tion… ce qu’il nie toujours.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.