Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coup de filet antiterroriste en Belgique : l’info remplacée par des images de chats
Publié le 

24 novembre 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Coup de filet antiterroriste en Belgique : l’info remplacée par des images de chats

Coup de filet antiterroriste en Belgique : l’info remplacée par des images de chats

Scène surréaliste dimanche soir en Belgique.

Alors que la police fédérale avait demandé aux médias de ne pas divulguer d’in­for­ma­tions sur la vaste opéra­tion antiter­ror­iste en cours à Brux­elles, jour­nal­istes et inter­nautes ont pub­lié, pen­dant plus de deux heures, des pho­tos de chats sur les réseaux soci­aux.

Dimanche 22 novem­bre au soir, coup de filet antiter­ror­iste oblige, la police belge a demandé très directe­ment aux médias de garder le silence sur les opéra­tions en cours. « Vers 21 h 30, j’ai reçu deux appels, l’un du cen­tre de crise, et l’autre du cab­i­net du pre­mier min­istre [Charles Michel, NDLR], nous deman­dant de pren­dre de la dis­tance, de ne pas nom­mer pré­cisé­ment les quartiers où les opéra­tions avaient lieu pour ne pas com­pro­met­tre les opéra­tions. J’ai réu­ni les chefs de ser­vice et j’ai pris la déci­sion d’accepter », racon­te Christophe Berti, le rédac­teur en chef du quo­ti­di­en Le Soir.

Le quo­ti­di­en a immé­di­ate­ment joué la trans­parence vis-à-vis de ses lecteurs en pub­liant ce mes­sage sur Twit­ter : « Men­aces ter­ror­istes sur Brux­elles : Le Soir sus­pend la dif­fu­sion d’informations sur les opéra­tions en cours. » Du côté des jour­nal­istes, ils ont suivi les déci­sions de la direc­tion sans bronch­er. « J’étais chez moi, j’ai reçu un mes­sage de la rédac­tion en chef, je venais de tweet­er qu’il y avait un héli­cop­tère au-dessus de chez moi, j’ai arrêté », a expliqué Jurek Kuczkiewicz, rédac­teur chargé des ques­tions européennes au Soir. Même atti­tude pour Sophie Lejoly de l’a­gence Bel­ga : « Le fait que ces événe­ments arrivent une semaine après la tuerie de Paris compte, on est plus respon­s­ables. »

En revanche, la RTBF a choisi de n’obéir qu’à moitié, his­toire sans doute de ne pas paraître servile. « Nous avons con­tin­ué à dif­fuser des infor­ma­tions sur les opéra­tions en cours, en don­nant leur nom­bre, le nom des com­munes, mais sans pré­cis­er les rues con­cernées. Il me sem­blait que ne rien dire aurait été encore plus angois­sant. Après coup, les autorités ne nous ont fait aucun reproche », s’est expliqué Jean-Pierre Jacqmin, le directeur de l’information du groupe pub­lic. Et d’a­jouter : « De toute façon, en Bel­gique, on ne donne pas d’ordre à la presse ! »

Pour le secré­taire général du con­seil de déon­tolo­gie des jour­nal­istes belges, les médias « ont fait preuve de respon­s­abil­ité, d’autorégulation ». « C’est nor­mal, ajoute-il, ils ont une respon­s­abil­ité sociale. Mais cette sus­pen­sion doit rester tem­po­raire, et il faut qu’elle soit expliquée aux lecteurs, aux audi­teurs. » Et de pour­suiv­re : « Après les atten­tats con­tre “Char­lie Heb­do” et l’Hyper Cacher, à Paris, en jan­vi­er, les rédac­tions nous avaient demandé de pré­cis­er quelle ligne de con­duite adopter en cas d’urgence. »

Comme une façon de dis­siper l’an­goisse générée par ce pesant silence radio, de nom­breux inter­nautes se sont mis à partager mas­sive­ment des pho­tos et GIFs ani­més de chats, par­fois grimés en ter­ror­istes, en jour­nal­istes ou en F16 belges. Même les jour­nal­istes se sont pris au jeu. En fin de soirée, Le Soir a affiché en une de son site inter­net une pho­to de chat pen­dant quelques min­utes.

Après minu­it, c’est la police belge qui y met­tait du sien, en pub­liant sur Twit­ter une image de gamelle de chat avec cette men­tion : « Pour les chats qui nous ont aidés hier soir… Servez-vous ! » Les jour­nal­istes à la gamelle ? La main qui les nour­rit ? Sans doute de l’humour belge…

Mal­gré la bonne humeur et le sen­ti­ment du devoir accom­pli, Sophie Lejoly prévient : « On a pris des déci­sions à chaud dimanche, mais à un moment don­né, il fau­dra que les poli­tiques nous don­nent une expli­ca­tion. » Alors, ser­vil­ité ou respon­s­abil­ité ? La ques­tion ne man­quera pas de se pos­er.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision