Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Brexit : 10 jours de campagne avec Ouest-France

13 août 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Brexit : 10 jours de campagne avec Ouest-France

Brexit : 10 jours de campagne avec Ouest-France

[Pre­mière dif­fu­sion le 30 juin 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

L’Ojim a dépouillé Ouest-France pour décrypter la manière dont le quotidien régional avait suivi la campagne du Brexit. Le résultat est éloquent…

Com­ment la presse française a‑t-elle cou­vert la cam­pagne du Brex­it ? A‑t-elle lais­sé la même place aux pro-Brex­it et aux anti-Brex­it ? Com­ment a‑t-elle relaté les résul­tats du référen­dum bri­tan­nique ? Autant de ques­tions qui méri­tent une réponse. Nous avons donc repris les édi­tions de Ouest-France, entre le 14 juin et le 27 juin 2016, pour véri­fi­er, page par page, com­ment les lecteurs français du plus grand quo­ti­di­en de la presse quo­ti­di­enne régionale étaient infor­més au sujet du référen­dum. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on n’a pas été déçu : Ouest-France a fait claire­ment cam­pagne con­tre le Brex­it !

Le 14 juin, le quo­ti­di­en con­sacre sa qua­trième de cou­ver­ture au Brex­it, sous le titre « Liv­er­pool la cos­mopo­lite s’interroge sur son iden­tité ». Quand plusieurs habi­tants inter­rogés dénon­cent et regret­tent l’arrivée mas­sive d’immigrés, l’auteur de l’article, la jour­nal­iste Kate Stent, répond « l’immigration fait pour­tant par­tie de l’ADN de Liv­er­pool ». Et de laiss­er une large place aux déc­la­ra­tions des anti-brex­it et pro-immi­gra­tion : « les chiffres mon­trent que cette pop­u­la­tion (les immi­grés — ndlr) touche moins d’allocations-chômage parce qu’elle fait le boulot que les Bri­tan­niques ne veu­lent pas faire ».

Le 16 juin, le Brex­it est à nou­veau en appel à la une du quo­ti­di­en. En page 2, une longue inter­view de Daniel Cohn-Ben­dit, for­cé­ment favor­able à l’Union européenne. « Quand j’entends les argu­ments du Brex­it, j’ai des réac­tions sadiques » explique l’ancien chef de file de mai 68.

Qua­tre jours plus tard, le 20 juin, Ouest-France offre une nou­velle inter­view fleuve à un par­ti­san du main­tien. Cette fois-ci, c’est Denis Mac­Shane, ancien min­istre des Affaires européennes de Tony Blair. « Brex­it : on sort d’une cam­pagne de men­songes » titre le jour­nal… De men­songes des pro-Brex­it, évidem­ment.

Entre les deux inter­views, un évène­ment a boulever­sé la cam­pagne. « Brex­it : la mort de Jo Cox ébran­le la cam­pagne » titre Ouest-France le 18 juin en con­sacrant une page entière à l’assassinat de la députée tra­vail­liste. Dans son papi­er, Aman­dine Alexan­dre dénonce « un cli­mat xéno­phobe instil­lé par les pro-Brex­it ».

« Même Beckam veut rester »

Le 21 juin, à la une du quo­ti­di­en, la parole est à la défense : « Roy­aume-Uni : ce que dis­ent les pro-Brex­it ». L’article, signé Lau­rent Marc­hand, le spé­cial­iste de l’international du jour­nal, est très ori­en­té. La con­clu­sion du papi­er laisse la parole à Jan, un anglais qui dénonce une « cam­pagne très vio­lente con­tre l’immigration ». « La Grande-Bre­tagne a telle­ment béné­fi­cié de tous ces gens. Notre tolérance fait aus­si par­tie de notre iden­tité ». Et Marc­hand de com­menter : « com­bi­en y‑a-t-il de Jan ? Au terme d’une cam­pagne aus­si obses­sion­nelle sur l’immigration, dif­fi­cile de son­der la majorité silen­cieuse ». Côté pro-Brex­it, un sim­ple con­seiller munic­i­pal de l’UKIP a le droit à quelques lignes d’interview… On est loin des entre­tiens fleuves avec Cohn-Ben­dit et Mac­Shane.

Le lende­main, 22 juin, le Brex­it est tou­jours en page 2 du jour­nal, avec un titre par­ti­c­ulière­ment anx­iogène : « Lon­dres hors de l’Union ? Les entre­pris­es de l’Ouest inquiètes ». Tous ceux qui sont inter­rogés, prin­ci­pale­ment des chefs d’entreprise, prédis­ent la cat­a­stro­phe. Le 23 juin, le Brex­it est à nou­veau en une. En page 2, l’article, « le jour le plus long de la City of Lon­don » dénonce à nou­veau une cam­pagne tournée autour de l’immigration. Et de con­clure « même Beck­am veut rester » ! L’argument d’autorité qui doit faire mouche.

Le 24 juin, quand le lecteur ouvre son quo­ti­di­en, le résul­tat du référen­dum est déjà con­nu. Ce qui n’était pas le cas quand le jour­nal a été bouclé. L’article donne la parole a Beth, 21 ans et pro-européen et à Bet­ty, 85 ans, pro-Brex­it. Tout de suite moins glam­our… Pire, cette Bet­ty sem­ble vrai­ment méchante. Elle « n’a, souligne l’auteur de l’article, pas un mot pour Jo Cox, la députée tra­vail­liste pro-UE assas­s­inée la semaine dernière ». Salauds de vieux ! Salauds de pro-Brex­it !

Un point Godwin pour François-Régis Hutin !

Enfin, le 25 juin, Ouest-France titre « L’Europe grog­gy mais pas KO ». Dans son édi­to­r­i­al, en pre­mière page, c’est le grand patron du jour­nal lui-même, François-Régis Hutin, qui prend la parole : « L’Europe : pour­suiv­re plus que jamais » ! « Il est urgent qu’un sur­saut per­me­tte à l’Union de se remet­tre en marche, sinon la divi­sion men­ac­erait très vite cette paix sur notre pro­pre con­ti­nent. (…) Nous sommes tristes aujourd’hui. Sinon, l’on risque de recom­mencer à cul­tiv­er les égoïsmes nationaux qui mènent à toutes les oppo­si­tions pos­si­bles, aux dic­tatures, aux guer­res, en un mot au mal­heur ». Le point God­win est atteint !

En plus de sa cou­ver­ture, le jour­nal con­sacre presque trois pages au résul­tat du référen­dum bri­tan­nique. Et pour cela, il donne la parole à Michel Barnier, ancien com­mis­saire européen : « pas sûr que les Anglais aient fait un bon cal­cul » explique-t-il… Encore une fois, les vain­queurs du scrutin n’ont pas la parole…

Bref, en dix jours, la qua­si-total­ité des arti­cles ont lais­sé la part belle, la part très belle même, aux par­ti­sans du main­tien de la Grande-Bre­tagne dans l’Union européenne… Qua­si sys­té­ma­tique­ment, les par­ti­sans du Brex­it sont soit vieux, soit racistes, soit les deux à la fois. Quant au lecteur de Ouest-France, il est prié de se con­tenter de ce seul son de cloche…

Source : Ouest-France, du 14 au 25 juin

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision