Accueil | Actualités | Médias | Assises du journalisme 2014 : les nouveaux médiateurs
Pub­lié le 20 octobre 2014 | Éti­quettes :

Assises du journalisme 2014 : les nouveaux médiateurs

Le Cercle des médiateurs de presse présidé par Marie-Laure Augry médiatrice de France 3 organisait le 17 octobre à Metz un atelier présidé par Loïc Hervouet formateur en éthique du journalisme à l’ESJ Lille sur le thème « Pour de nouveaux médiateurs ? ».

La profession de médiateur était bien représentée avec Pascal Galinier (Le Monde), Jérôme Bouvier (Radio France et organisateur des Assises), Bernard Stéphan (La Montagne) et le renfort de Sophie Lecointe du bureau juridique de la direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC).

La toile a bouleversé les rapports entre les utilisateurs et les médias. Si les courriers par voie postale sont mourants (10/15 par semaine pour l’ensemble de Radio France) les courriels représentent maintenant 98% des contacts. Certains médias (Ouest France, La Croix) on choisi de ne pas avoir de médiateurs, à La Croix chaque lettre/courriel reçoit une réponse de la direction de la rédaction.

Mais le contexte économique pèse « est ce raisonnable de créer des postes de médiateurs alors qu’on licencie des reporters ? » (Jérôme Bouvier). Si le médiateur peut valoriser la marque de presse, créer de la valeur ajoutée dans un premier temps il est un… coût et rien n’est prévu dans les aides à la presse pour aider financièrement à la création de postes de médiateurs.

Les évolution récentes n’incitent pas à un optimisme démesuré : Le Parisien et L’Express n’ont plus de médiateurs. La page hebdomadaire de Pascal Galinier dans Le Monde est supprimée et remplacée par une page « en fonction des besoins » bien aléatoire. Le blog du journaliste y palliera mais est-ce vraiment la même chose ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This