Accueil | Actualités | Médias | Assises du journalisme 2014 : les nouveaux médiateurs
Pub­lié le 20 octobre 2014 | Éti­quettes :

Assises du journalisme 2014 : les nouveaux médiateurs

Le Cercle des médiateurs de presse présidé par Marie-Laure Augry médiatrice de France 3 organisait le 17 octobre à Metz un atelier présidé par Loïc Hervouet formateur en éthique du journalisme à l’ESJ Lille sur le thème « Pour de nouveaux médiateurs ? ».

La profession de médiateur était bien représentée avec Pascal Galinier (Le Monde), Jérôme Bouvier (Radio France et organisateur des Assises), Bernard Stéphan (La Montagne) et le renfort de Sophie Lecointe du bureau juridique de la direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC).

La toile a bouleversé les rapports entre les utilisateurs et les médias. Si les courriers par voie postale sont mourants (10/15 par semaine pour l’ensemble de Radio France) les courriels représentent maintenant 98% des contacts. Certains médias (Ouest France, La Croix) on choisi de ne pas avoir de médiateurs, à La Croix chaque lettre/courriel reçoit une réponse de la direction de la rédaction.

Mais le contexte économique pèse « est ce raisonnable de créer des postes de médiateurs alors qu’on licencie des reporters ? » (Jérôme Bouvier). Si le médiateur peut valoriser la marque de presse, créer de la valeur ajoutée dans un premier temps il est un… coût et rien n’est prévu dans les aides à la presse pour aider financièrement à la création de postes de médiateurs.

Les évolution récentes n’incitent pas à un optimisme démesuré : Le Parisien et L’Express n’ont plus de médiateurs. La page hebdomadaire de Pascal Galinier dans Le Monde est supprimée et remplacée par une page « en fonction des besoins » bien aléatoire. Le blog du journaliste y palliera mais est-ce vraiment la même chose ?

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This