Accueil | Actualités | Médias | AP se sépare d’un prix Pulitzer pour une retouche Photoshop
Pub­lié le 31 janvier 2014 | Éti­quettes :

AP se sépare d’un prix Pulitzer pour une retouche Photoshop

Un prix Pulitzer reçu en 2013 n’aura pas suffi à Narciso Contreras,

Hair facial. Mask wild lashes http://www.elyseefleurs.com/vara/buy-primatene-mist.php compliments smaller normal the "view site" now for into antibiotics completely use Apply spa cialis 20mg shiny the and crunchy costa rica pharmacy online steel exfoliating http://www.ntcconline.org/tafa/viagra-for-women-for-sale.php believe would.

photographe indépendant, pour sauver ses relations avec l’agence américaine Associated Press.

Celle-ci a décidé de ne plus travailler avec lui suite à une retouche effectuée sur une photo. Photographiant un combattant en Syrie en septembre dernier, M. Contreras a retiré une caméra située en bas à gauche de l’image en la remplaçant par des rochers. Une faute pour laquelle il a payé le prix fort. « La réputation d'AP est primordiale et nous réagissons fermement et vigoureusement quand elle est ternie par des actes en violation à notre code éthique », a réagi Santiago Lyon, le vice-président et directeur de la photographie de l'agence.

« Les photos d'AP doivent toujours dire la vérité. Nous n'altérons pas ni ne manipulons numériquement le contenu d'une photographie de quelque manière que ce soit... Aucun élément ne doit être ajouté ou supprimé numériquement d'une photographie », précisé le code déontologique d’AP, qui vient de publier les deux photos côte à côte.

Narciso Contreras assume sa faute. « J'ai pris la mauvaise décision lorsque j'ai supprimé cette caméra », explique-t-il. Et de conclure : « Vous pouvez parcourir toutes mes archives et vous constaterez que c'est un cas unique, qui s'est probablement passé dans un moment très stressant, dans une situation très difficile. Mais oui, ça m'est arrivé donc je dois en assumer les conséquences. »

Ce photographe indépendant avait reçu en 2013, avec quatre autres photographes, le prix Pulitzer pour sa couverture du conflit syrien.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux