Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Alarab s’arrête brutalement, 24 heures après son lancement

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

6 février 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Alarab s’arrête brutalement, 24 heures après son lancement

Alarab s’arrête brutalement, 24 heures après son lancement

Temps de lecture : < 1 minute

Moins de 24 heures après son lancement depuis le Bahreïn, la chaîne Alarab, créée par le richissime prince saoudien Walid ben Talal et se voulant comme une télévision d’opposition, a cessé d’émettre.

Sur son compte Twit­ter, Alarab a expliqué que cette inter­rup­tion était due à « des raisons tech­niques et admin­is­tra­tives ». « Nous serons de retour bien­tôt », a‑t-elle ajouté. Sans ajouter d’autres pré­ci­sions, le directeur des médias à l’autorité des affaires de l’Information, Youssef Mohammed, a déclaré : « Nous coopérons avec la direc­tion de la chaîne pour la reprise de sa trans­mis­sion et pour achev­er les procé­dures néces­saires le plus vite possible. »

Cepen­dant, un quo­ti­di­en bahreïni, con­nu pour refléter la posi­tion du gou­verne­ment, a expliqué que la chaîne n’avait « pas respec­té les tra­di­tions des pays du Golfe, y com­pris l’impartialité de l’information et le rejet de tout ce qui est de nature à affecter l’esprit d’unité » régionale.