Accueil | Actualités | Médias | Aides à la presse : une « faible efficacité » !
Pub­lié le 13 février 2013 | Éti­quettes :

Aides à la presse : une « faible efficacité » !

Après le président de la République, le ministre de la culture et tant d'autres, c'est au tour de la Cour de Comptes de remettre en question la politique d'aides à la presse, dans son rapport annuel, publié le 12 février dernier.

Il est vrai que ces aides à la presse coûtent cher. Comme le souligne Les Echos, « chaque année, l'Etat dépense pas moins de 1,2 milliard d'euros pour aider les journaux ». Cela se traduit par une TVA très faible, des tarifs postaux préférentiels, des aides au portage etc.

La Cour des comptes est donc sévère sur le plan d'aides lancé en 2009, qui « a conduit à un doublement des dépenses du ministère de la culture et de la communication en faveur du secteur de la presse écrite ». Pour autant, « ce plan n’a pas obtenu les effets escomptés, ni permis de corriger les faiblesses de la politique d’aide à la presse qui se caractérise par un système de « guichet » au service d’objectifs multiples ».

La Cour des comptes recommande donc « une réforme profonde de la politique d'aide à la presse […] compte tenu de son coût et de sa faible efficacité » . Concrètement, cela doit passer par une « mise en cohérence des nombreuses aides existantes », une « réflexion sur le périmètre d'application des tarifs postaux préférentiels et du taux de TVA « super réduit » à 2,1% », et une « modernisation du secteur ».

En bref , l'Etat est prié de réduire et de mieux orienter ses dépenses dans ce domaine. On sait que les rapports de la Cour des comptes sont rarement suivis d'effet...

Qu'en sera-t-il de celui-là ?

Source : Les EchosRapport annuel de la Cour des comptes

Crédit photo : capture d'écran www.ccomptes.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This