Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Aides à la presse : une « faible efficacité » !

13 février 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Aides à la presse : une « faible efficacité » !

Aides à la presse : une « faible efficacité » !

Après le président de la République, le ministre de la culture et tant d’autres, c’est au tour de la Cour de Comptes de remettre en question la politique d’aides à la presse, dans son rapport annuel, publié le 12 février dernier.

Il est vrai que ces aides à la presse coû­tent cher. Comme le souligne Les Echos, « chaque année, l’E­tat dépense pas moins de 1,2 mil­liard d’eu­ros pour aider les jour­naux ». Cela se traduit par une TVA très faible, des tar­ifs postaux préféren­tiels, des aides au portage etc.

La Cour des comptes est donc sévère sur le plan d’aides lancé en 2009, qui « a con­duit à un dou­ble­ment des dépens­es du min­istère de la cul­ture et de la com­mu­ni­ca­tion en faveur du secteur de la presse écrite ». Pour autant, « ce plan n’a pas obtenu les effets escomp­tés, ni per­mis de cor­riger les faib­less­es de la poli­tique d’aide à la presse qui se car­ac­térise par un sys­tème de « guichet » au ser­vice d’objectifs mul­ti­ples ».

La Cour des comptes recom­mande donc « une réforme pro­fonde de la poli­tique d’aide à la presse […] compte tenu de son coût et de sa faible effi­cac­ité » . Con­crète­ment, cela doit pass­er par une « mise en cohérence des nom­breuses aides exis­tantes », une « réflex­ion sur le périmètre d’ap­pli­ca­tion des tar­ifs postaux préféren­tiels et du taux de TVA « super réduit » à 2,1% », et une « mod­erni­sa­tion du secteur ».

En bref , l’E­tat est prié de réduire et de mieux ori­en­ter ses dépens­es dans ce domaine. On sait que les rap­ports de la Cour des comptes sont rarement suiv­is d’ef­fet…

Qu’en sera-t-il de celui-là ?

Source : Les EchosRap­port annuel de la Cour des comptes

Crédit pho­to : cap­ture d’écran www.ccomptes.fr

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision