Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Agence ODOXA : sondage ou influence ?

4 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Agence ODOXA : sondage ou influence ?

Agence ODOXA : sondage ou influence ?

Gaël Sliman a longtemps hésité entre l’influence et le sondage. Et visiblement il hésite encore. L’institut ODOXA reprend le flambeau d’une conception pour le moins ambigüe du métier de sondeur, celle qui consiste à dégager les bons pourcentages pour les bons clients, au lieu de refléter l’opinion pays réel, lequel est un concept maurrassien comme chacun sait…

Le prob­lème, quand on passe de la cri­tique gas­tronomique aux fourneaux, ou inverse­ment, c’est qu’on risque de dérouter le client qui finit par se méfi­er du restau­rant. Dans le cas d’un ana­lyste d’opin­ion comme Gaël Sli­man, qui a fait par­tie des dirigeants de l’in­sti­tut de sondage BVA, la ques­tion de la dou­ble cas­quette se posait déjà il y a quelques mois quand il par­ve­nait à con­cili­er les deux rôles, celui de sondag­iste et celui d’édi­to­ri­al­iste, sans que l’on sache lequel influ­ençait l’autre.

Lorsqu’il a fondé l’a­gence ODOXA en sep­tem­bre dernier, on a pu se dire que sa démarche était celle du bril­lant col­lab­o­ra­teur voulant vol­er de ses pro­pres ailes. Mais le prob­lème tient à la nature des sondages ODOXA, que l’on voit désor­mais fleurir un peu partout dans la presse pour asseoir une opin­ion recom­mand­able, c’est à dire une opin­ion que la presse réclame pour illus­tr­er ou pro­mou­voir ses idées (exem­ple : la pop­u­lar­ité d’Alain Jup­pé, opin­ion typ­ique­ment recom­mandée).

Le fait que le nom de la société com­porte le mot Doxa n’est sans doute pas un hasard, et la ques­tion de savoir si ODOXA n’est là que pour impos­er les opin­ions de ceux qui com­man­dent les sondages se pose sérieuse­ment. Cette société a vis­i­ble­ment pour voca­tion de repren­dre la part “influ­ence” de l’ac­tiv­ité BVA sous un nou­veau label, soit que Gaël Sli­man en ait été prié par ses asso­ciés, soit qu’il s’agisse d’une manœu­vre parce que les manip­u­la­tions com­mençaient à com­pro­met­tre l’im­age de BVA. Comme nous l’avons souligné ici à plusieurs repris­es, il n’est pas raisonnable de pré­ten­dre inter­roger “les Français” quand on con­tacte mille d’en­tre eux par inter­net. Mais la méth­ode n’est pas tout à fait sans faille car le même genre d’échan­til­lon en ligne place Marine Le Pen en deux­ième fig­ure de l’année der­rière l’ac­tiviste pak­istanaise Malala. Nul doute qu’ ODOXA trou­vera bien­tôt le moyen de raf­fin­er ses ques­tion­naires pour éviter ce genre de pépins.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo France Inter via Youtube (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision