Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Agence ODOXA : sondage ou influence ?

4 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Agence ODOXA : sondage ou influence ?

Agence ODOXA : sondage ou influence ?

Gaël Sliman a longtemps hésité entre l’influence et le sondage. Et visiblement il hésite encore. L’institut ODOXA reprend le flambeau d’une conception pour le moins ambigüe du métier de sondeur, celle qui consiste à dégager les bons pourcentages pour les bons clients, au lieu de refléter l’opinion pays réel, lequel est un concept maurrassien comme chacun sait…

Le prob­lème, quand on passe de la cri­tique gas­tronomique aux fourneaux, ou inverse­ment, c’est qu’on risque de dérouter le client qui finit par se méfi­er du restau­rant. Dans le cas d’un ana­lyste d’opin­ion comme Gaël Sli­man, qui a fait par­tie des dirigeants de l’in­sti­tut de sondage BVA, la ques­tion de la dou­ble cas­quette se posait déjà il y a quelques mois quand il par­ve­nait à con­cili­er les deux rôles, celui de sondag­iste et celui d’édi­to­ri­al­iste, sans que l’on sache lequel influ­ençait l’autre.

Lorsqu’il a fondé l’a­gence ODOXA en sep­tem­bre dernier, on a pu se dire que sa démarche était celle du bril­lant col­lab­o­ra­teur voulant vol­er de ses pro­pres ailes. Mais le prob­lème tient à la nature des sondages ODOXA, que l’on voit désor­mais fleurir un peu partout dans la presse pour asseoir une opin­ion recom­mand­able, c’est à dire une opin­ion que la presse réclame pour illus­tr­er ou pro­mou­voir ses idées (exem­ple : la pop­u­lar­ité d’Alain Jup­pé, opin­ion typ­ique­ment recommandée).

Le fait que le nom de la société com­porte le mot Doxa n’est sans doute pas un hasard, et la ques­tion de savoir si ODOXA n’est là que pour impos­er les opin­ions de ceux qui com­man­dent les sondages se pose sérieuse­ment. Cette société a vis­i­ble­ment pour voca­tion de repren­dre la part “influ­ence” de l’ac­tiv­ité BVA sous un nou­veau label, soit que Gaël Sli­man en ait été prié par ses asso­ciés, soit qu’il s’agisse d’une manœu­vre parce que les manip­u­la­tions com­mençaient à com­pro­met­tre l’im­age de BVA. Comme nous l’avons souligné ici à plusieurs repris­es, il n’est pas raisonnable de pré­ten­dre inter­roger “les Français” quand on con­tacte mille d’en­tre eux par inter­net. Mais la méth­ode n’est pas tout à fait sans faille car le même genre d’échan­til­lon en ligne place Marine Le Pen en deux­ième fig­ure de l’année der­rière l’ac­tiviste pak­istanaise Malala. Nul doute qu’ ODOXA trou­vera bien­tôt le moyen de raf­fin­er ses ques­tion­naires pour éviter ce genre de pépins.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo France Inter via Youtube (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.