Accueil | Actualités | Médias | « 60 Millions de consommateurs » à nouveau dans la tourmente
Pub­lié le 30 juin 2014 | Éti­quettes :

« 60 Millions de consommateurs » à nouveau dans la tourmente

Nouvelle levée de boucliers au magazine 60 millions de consommateurs.

Les salariés du magazine appartenant à l'Institut national de la consommation (INC), sous tutelle du secrétariat d'État chargé du Commerce et de la Consommation, dénoncent l'intention du gouvernement de l'exclure des activités de l'INC. «  Le gouvernement souhaite vendre “60 Millions” à un groupe privé  », écrivent-ils dans un communiqué.

En cause, le projet de contrat d'objectifs et de performance (COP) pour 2014-2018, en négociation entre l'INC et l'État. En effet, le document qui a été présenté la semaine dernière à la direction de l'institut estime que « 60 Millions » doit faire l'objet d'un compte rendu annuel séparé du COP.

« C’est un non-sens juridiquement et économiquement. “60 Millions” finance en grande partie l’INC, en lui achetant, notamment, beaucoup de services. Si on enlève le journal, il ne reste plus rien », a déclaré Fabienne Chol, directrice générale de l’INC. Du côté du cabinet de la secrétaire d’État au Commerce et à la Consommation, Carole Delga, on se défend de ce projet : «  Notre vision c’est que d’un côté, l’État passe un contrat avec l’INC, qui remplit des missions publiques, et, de l’autre, l’INC doit lui-même gérer son magazine. L’État n’a pas à s’immiscer dans la vie d’un organe de presse. »

Quoi qu'il en soit, en plus de ces querelles internes, le magazine doit faire face à la chute de ses ventes. Il revendique aujourd’hui 130 000 exemplaires (dont 80 000 abonnés), contre près de 200 000 au début des années 2000.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.