Accueil | Actualités | Médias | 5 millions d’euros d’indemnités pour l’ancien directeur délégué de Canal+
Pub­lié le 16 novembre 2014 | Éti­quettes :

5 millions d’euros d’indemnités pour l’ancien directeur délégué de Canal+

Une indemnité conventionnelle qui a des allures de ticket de loto gagnant.

Dans un avenant au contrat de travail de l'ancien directeur délégué de Canal, il était établi qu'en cas de rupture, pour quelque motif que ce soit, son indemnité de départ s'élèverait à trois ans de rémunération net de toutes charges sociales et fiscales.

Lors de sa démission, le directeur délégué en question a donc touché la modique somme de... 5 298 851 euros. Le 25 septembre dernier, la Cour d'appel de Paris a considéré que cette indemnité était légitime et qu’elle devait être appliquée dans son intégralité.

La Cour a ajouté que même « si les indemnités susceptibles d'être versées aux divers collaborateurs bénéficiaires d'une clause similaire, en cas de départ, représentaient une somme de l'ordre de 90 millions d'euros, ni le pouvoir de licencier de l'employeur, ni la liberté d'entreprendre, principe constitutionnel, n'étaient restreints ou entravés par cette clause ».

Et bien que la somme soit astronomique, qui plus est à la suite à une démission, donc un acte unilatéral, « tout employeur peut accorder à ses salariés des indemnités ou avantages au-delà des minima fixés par la loi et les conventions collectives, même en cas de démission », explique l'avocat lyonnais Me Timo Rainio.

Un marqueur de plus de la rupture entre les élites médiatiques et les gens ordinaires ?

Voir notre infographie du groupe Canal+

Crédit photo : Tax Credits via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This