Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste russe victime d’un enlèvement en Ukraine ?
Pub­lié le 5 février 2014 | Éti­quettes : ,

Un journaliste russe victime d’un enlèvement en Ukraine ?

Relatant la contestation à Kiev en Ukraine, un journaliste russe aurait été enlevé et tabassé par des inconnus parlant le russe.

C'est en tout cas ce que relate le principal intéressé, Nikita Perfilev, dans un billet publié sur son blog. « Mon cameraman et moi avons été emmenés la nuit à bord d'une voiture aux vitres teintées, sans plaques d'immatriculation », a-t-il rapporté, publiant la photo de son compère au visage tuméfié.

Selon le journal en ligne Ukraïnska Pravda, le journaliste a lui-même eu les dents cassées. « On nous a battus et on nous a recommandés de revenir en Russie. Nos ravisseurs parlaient un russe parfait », a-t-il expliqué, ajoutant : « J'ai pris la décision de rester. J'écris la vérité et c'est pour ça que je paie. »

Nikita Perfilev est un bloggeur et journaliste proche de l'opposition russe. L'angle qu'il utilise pour couvrir les manifestations en Ukraine est favorable aux partisans de l'entrée du pays dans l'Union Européenne.

Voir aussi notre article Homophobie, intégration européenne et silence médiatique

Crédit photo : DR kitubijca.livejournal.com

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux