Accueil | Actualités | Médias | « Un changement de journalisme est inévitable »
Pub­lié le 6 décembre 2012 | Éti­quettes : , , ,

« Un changement de journalisme est inévitable »

Les internautes ne remplaceront pas les journalistes : telle est une des conclusions d'une étude du Tow Center for Digital Journalism, de l'université de Columbia (États-Unis), présentée le 27 novembre dernier, sous le titre : « le journalisme post-industriel. S'adapter au présent ».

Les trois auteurs, Emily Bell, directrice du centre de recherche, C.W. Anderson et Clay Shirky, commencent par un constat : « il est impossible de préserver ou de rétablir une forme de journalisme, semblable à celui des cinquante dernières années ». Avec l'explosion de l'information et le développement des réseaux sociaux, « un changement de journalisme est inévitable ».

En effet, « pour beaucoup d'événements importants, il est de plus en plus probable que l'information brute soit produite par un net-citoyen et non par un journaliste professionnel », estiment ces trois analystes.

Cependant, continuent-ils, « le journaliste n'a pas été remplacé. Il a été déplacé, plus haut dans la chaîne éditoriale, quittant son rôle initial d'observateur pour un rôle de vérification et d'interprétation, donnant du sens aux textes, aux sons et aux vidéos brutes, produites par le public ».

Et les auteurs de cette étude d’appeler les écoles de journalisme à prendre en compte cette évolution et à modifier leurs formations, parce qu'il y a «une place pour l'analyse minutieuse et détaillée, faite par des initiés ».

Source : Tow Center for Digital Journalism. Crédit photo : capture d'écran towcenter.org

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This