Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ultra-gauche : deux médias dans le collimateur de la justice

25 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ultra-gauche : deux médias dans le collimateur de la justice

Ultra-gauche : deux médias dans le collimateur de la justice

Deux médias d’« ultra-gauche », dits aussi médias libertaires ou auto-médias, sont actuellement dans le collimateur de la justice. L’un d’eux est situé à Toulouse et l’autre dans le Jura.

À Toulouse, l’au­teur pré­sumé d’un arti­cle faisant le compte-ren­du de la man­i­fes­ta­tion du 21 févri­er 2015 sur le site IAATA.info a été inter­pel­lé le 6 mai, placé en garde à vue et mis en exa­m­en pour “provo­ca­tion publique à la com­mis­sion d’un délit ou d’un crime”. Il sera jugé le 29 juin. L’in­di­vidu est soupçon­né par les policiers d’être un admin­is­tra­teur du site IAATA.info (infor­ma­tion anti-autori­taire Toulouse et alen­tours), un média proche de l’ex­trême-gauche toulou­saine.

Dans son arti­cle plein de ressen­ti­ment envers les “bakeux qui ont rapi­de­ment trans­for­mé la man­i­fes­ta­tion en désor­dre inté­gral, l’au­teur donne quelques con­seils pour que les man­i­fes­ta­tions soient plus réussies à l’avenir. Par exem­ple, “il est inutile de pani­quer lorsque les lacry­mos tombent à prox­im­ité; on peut plutôt les relancer vers les flics”. Ou, un peu plus loin : “il est pos­si­ble de dés-arrêter une per­son­ne qui s’est fait chop­er. Une arresta­tion aurait pu être évitée si tous-tes ensem­ble on était retourné chercher la per­son­ne”. Un para­graphe plus loin, il donne des con­seils pour retenir la police avec des ban­deroles, tan­dis que “d’autres s’at­taque­nt à des cibles, dépavent la rue, mon­tent des bar­ri­cades etc.” Dernier petit con­seil fumant : “à plusieurs, on peut rapi­de­ment met­tre une voiture en tra­vers de la route, voire l’en­flam­mer”.

Bien que les faits soient étab­lis, IAATA.info crie à la cen­sure et à la répres­sion poli­cière dans un com­mu­niqué qui a été con­tre­signé par le ban et l’ar­rière-ban des sites d’in­for­ma­tions de l’ul­tra-gauche. Le mis en cause, âgé de 40 ans, clame son inno­cence en affir­mant que près de 150 con­tribu­teurs ali­mentent le site par­tic­i­patif.

Dans le même temps, un autre média d’ultra-gauche est dans le col­li­ma­teur de la jus­tice, pour des faits qui datent de… 2010. A l’époque, Le Jura Lib­er­taire, et son annexe Indy­media Greno­ble pub­lient une enquête met­tant en cause la BAC qui avait abat­tu un braque­ur, Karim Boudou­da dans une cité sen­si­ble de Greno­ble. Ce qui avait don­né lieu à plusieurs nuits d’émeutes où les policiers avaient notam­ment essuyé des tirs à balle réelles. Suite à la pub­li­ca­tion de cet arti­cle, le min­istre de l’In­térieur — alors Brice Hort­e­feux — avait annon­cé le 26 juil­let qu’il por­tait plainte con­tre les deux sites pour “injure et diffama­tion publiques envers une admin­is­tra­tion publique”.

Du fait de l’im­pos­si­bil­ité de repér­er les auteurs d’Indy­media Greno­ble, dont l’héberge­ment est dis­per­sé à tra­vers le monde, c’est le seul respon­s­able légal du Jura Lib­er­taire, un chômeur déjà con­damné en 2008 pour out­rage, qui passe cinq ans après les faits devant la 17ème cham­bre cor­rec­tion­nelle du tri­bunal de grande instance de Paris. Le procès du “blog qui nique la police” est d’une cer­taine façon aus­si celui des forces de l’or­dre puisque y témoignent par exem­ple le chercheur en sci­ences sociales et « mil­i­tant anti-sécu­ri­taire » Matthieu Rigouste ou encore la sœur d’un homme tué par la police, Amal Ben­tous­si, elle-même pour­suiv­ie par Manuel Valls pour diffama­tion con­tre la police et relaxée.

Tran­chant avec la lour­deur de la machine judi­ci­aire, qui tourne depuis bien­tôt cinq ans, le pro­cureur a req­uis une amende de… 200 euros dont la mod­estie cadre cepen­dant avec les revenus du prévenu. Le ver­dict sera ren­du le 16 juin. En revanche Le Jura Lib­er­taire a déjà annon­cé qu’il met­tra fin aux pub­li­ca­tions une fois le juge­ment ren­du.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.