Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Trump  et les médias : incassable, malgré Soros

25 janvier 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Trump et les médias : incassable, malgré Soros

Trump et les médias : incassable, malgré Soros

La campagne de déstabilisation de Donald Trump se poursuit, depuis la rencontre du 13 novembre 2016 tenue à l’hôtel Mandarin de Washington entre George Soros, un groupe de donateurs, ainsi qu’un certain nombre de leaders démocrates, dont Nancy Pelosi et Elizabeth Warren.

Après avoir tout essayé pour « annuler » l’élection (man­i­fes­ta­tions, recomp­tages, argu­ment russe, argu­ment FBI, intim­i­da­tion des Grands Électeurs du col­lège élec­toral, argu­ment uro­ma­ni­aque…) la cam­pagne s’est pour­suiv­ie avec méth­ode, fuites des agences de ren­seigne­ment à la clé, afin de dénier à l’administration Trump le droit de proclamer un man­dat clair, lim­ité par une vic­toire « tech­nique » mais pas « légitime ».

Règlements de comptes

Aus­sitôt au pou­voir, le Prési­dent Trump inflige un car­ton jaune aux jour­nal­istes. Mes­sage : « à par­tir de main­tenant, les règle­ments de comptes, ça va marcher dans les deux sens ».

Réca­pit­u­lons :

  • Le 18 jan­vi­er 2017 CNN se pose la ques­tion des con­séquences con­sti­tu­tion­nelles d’un assas­si­nat de Trump sur­venant le 20 jan­vi­er, jour de sa presta­tion de ser­ment. Sans doute afin de ras­sur­er le pub­lic.
  • Le 19 jan­vi­er, une soix­an­taine de par­lemen­taires démoc­rates (vis­sés à des sièges solides) con­fir­ment leur boy­cott de la céré­monie, et les médias insis­tent sur la dif­fi­cile tâche des ser­vices de sécu­rité.
  • Le ven­dre­di 20 jan­vi­er la police arrête plus de deux cents casseurs qui ne parvi­en­nent pas à per­turber le déroule­ment d’une céré­monie qui s’est déroulée devant quelque 700 000 per­son­nes
  • Le même jour Nielsen estime le nom­bre de téléspec­ta­teurs de l’évènement à 31 mil­lions.
  • Après son intro­n­i­sa­tion, et un dis­cours provo­quant, Trump déje­une avec les lead­ers par­lemen­taires des deux par­tis, ain­si qu’avec des invités de mar­que. Ils font ensem­ble une ova­tion à Hillary Clin­ton.
  • Suiv­ent les défilés et parades, puis un bref séjour à la Mai­son-Blanche, avec la presse, afin de sign­er quelques ordon­nances, avant de par­ticiper à trois bals (les mil­i­tants, les citoyens, et les mil­i­taires et anciens com­bat­tants — ce dernier en lien vidéo avec des sol­dats postés en Afghanistan)
  • La journée se ter­mine avec deux ban­der­illes de la presse : un tweet com­para­nt deux pho­tos qui lais­sent con­clure que Trump a échoué dans sa mobil­i­sa­tion des mass­es com­par­a­tive­ment à Oba­ma en 2009; et un jour­nal­iste de Time Mag­a­zine annonçant que le buste de Mar­tin Luther King a dis­paru du bureau prési­den­tiel [faux], alors que celui de Win­ston Churchill (qu’Obama avait retiré) y est réap­paru [vrai]
  • Le lende­main, 21 jan­vi­er, voit la man­i­fes­ta­tion d’un mil­lion de femmes à Wash­ing­ton, venues de tout le pays, encadrées par les stars du show­biz et du ciné­ma.
  • C’est le jour du car­ton jaune : Sean Spicer, porte-parole et pit-bull de la Mai­son Blanche, con­voque la presse afin de la tancer sur son irre­spon­s­abil­ité dans l’affaire du buste, qu’il présente comme un brûlot racial et inten­tion­nel, en dépit d’excuses tar­dives. Il en prof­ite pour revenir sur la céré­monie inau­gu­rale, insis­tant sur le fait que l’évènement a réu­ni le plus grand pub­lic de toute l’histoire des prési­den­tielles.
  • Dans l’après-midi, Trump se rend au siège de la CIA, en com­pag­nie de son futur directeur, Mike Pom­peo, pour faire con­nais­sance avec l’agence. Il y reçoit un accueil chaleureux de la base. Il en prof­ite pour étriller les médias devant des agents gogue­nards, notam­ment sur la mau­vaise cou­ver­ture de sa céré­monie inau­gu­rale.
  • Trump rebon­dit le lun­di suiv­ant sur un sujet neuf : le respect de ses promess­es élec­torales. Le 23, Trump lance une journée-marathon, sig­nant décrets et ordon­nances, annule la par­tic­i­pa­tion améri­caine au Parte­nar­i­at Transpaci­fique (TPP), ren­con­tre à quelques heures d’intervalle les patrons des grandes entre­pris­es indus­trielles et ceux des syn­di­cats (qui avaient soutenu Clin­ton), tous radieux à la sor­tie de leurs réu­nions respec­tives.
  • Trump reprend ain­si dès lun­di le con­trôle total de la thé­ma­tique de la semaine : « jobs, jobs, jobs». Puis il finit la journée avec les lead­ers démoc­rates et répub­li­cains pour lancer une nou­velle bombe, leur rap­pelant « en privé » (donc espérant la fuite) qu’il s’est fait « vol­er » le vote pop­u­laire par le vote fraud­uleux de 3 à 5 mil­lions d’immigrants illé­gaux orchestré par les démoc­rates. Rap­pel­er que c’est bien l’administration Trump qui a reçu un man­dat « franc et mas­sif » des électeurs.
  • Et son porte-parole Spicer de boucler la boucle le même jour dans une con­férence de presse  : l’auditoire de Trump lors de son intro­n­i­sa­tion a bien été phénomé­nal, si l’on rajoute à la par­tic­i­pa­tion physique et à la Télévi­sion les suiv­is sur inter­net et YouTube.
  • Pour ensuite rajouter, dans sa con­férence du 24 jan­vi­er, qu’une enquête sur la fraude élec­torale des illé­gaux n’est pas à exclure, « cer­taines études » (Pew Research) ayant mon­tré que 14 % des votants sont illé­gaux. Fake news ou aver­tisse­ment?

La meilleure défense c’est l’attaque

En con­clu­sion, tel le chilien Sal­vador Allende il y 43 ans, Trump sait qu’il n’a pas encore gag­né, c’est encore la guerre. Il entame main­tenant sa 3e cam­pagne, celle de la con­sol­i­da­tion, garante de sa légitim­ité. Excel­lant sur Twit­ter, il traite la presse comme son par­ti d’opposition, lui faisant annon­cer le 21 jan­vi­er par Spicer qu’ils ne sont plus des dieux (Spicer a ain­si com­mencé à cass­er les droits acquis de la grande presse, présen­tant dès le 23 de nou­velles règles du jeu qui la dilueront par­mi « petits » ou provin­ci­aux).

Mais c’est l’alliance glob­al­iste de George Soros, liant extrême droite libérale et extrême gauche social­iste, qui préoc­cupe Trump. Car elle sem­ble vrai­ment vouloir le « sor­tir », du fait de son rejet de l’ordre mon­di­al et de son inten­tion de ne pas être une potiche.

Pour la pre­mière fois, Fox News, donc les Mur­doch, laisse pass­er sur ses ondes le com­men­taire selon lequel Soros veut faire tomber Trump, d’abord avec Newt Gin­grich (reprenant le 22 jan­vi­er sur Fox News une infor­ma­tion du NYT parue le 20), puis avec Bill O’Reilly, la star de la chaine. Ce dernier, dans ses Talk­ing Points du 23 jan­vi­er, explique qu’il voit un effort organ­isé pour évin­cer Don­ald Trump, expli­quant que les récentes march­es des femmes et autres casseurs ont été financées par 50 groupes eux-mêmes financés par Soros à con­cur­rence de 90 mil­lions.

Le har­cèle­ment con­tin­ue : la con­sti­tu­tion­al­ité de son élec­tion est attaquée main­tenant en jus­tice par un groupe activiste, cepen­dant que cer­tains par­lemen­taires veu­lent soumet­tre un pro­jet de loi lui refu­sant l’accès à l’armement nucléaire. D’autres enfin veu­lent lui lim­iter le droit d’annuler les récentes sanc­tions con­tre la Russie.

Voir notre dossier : L’influence de Georges Soros sur les médias améri­cains

Crédit pho­to : H. Boell-Stiftung via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision