Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand le monde anglo-saxon s’intéresse à la « propagande »

8 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quand le monde anglo-saxon s’intéresse à la « propagande »

Quand le monde anglo-saxon s’intéresse à la « propagande »

Avec This is not propaganda, l’essayiste Peter Pomerantsev revient sur « la guerre contre la réalité », une guerre qu’il considère à l’échelle mondiale. Petit voyage au cœur du type de livre qui parle de la « post-vérité » dans le monde anglophone.

En 2014, Rien n’est vrai, tout est pos­si­ble, de Pomer­ant­sev pré­tendait révéler au monde une Russie ressem­blant tou­jours à Tintin au pays des Sovi­ets sur le plan de la déréal­i­sa­tion. L’auteur revient sur le même sujet avec ce dernier essai, traquant la « post-vérité » partout dans le monde. Pour lui, la Russie n’est plus seule­ment l’Etat qui dés-informerait ou recréerait une réal­ité autre, par la dif­fu­sion d’infox ou la manip­u­la­tion des réseaux soci­aux, mais l’exemple que nom­bre de pays dans le monde voudraient suiv­re. Autrement dit, le dan­ger n’a de cesse de s’accroître. C’est d’autant plus intéres­sant que le monde anglo-sax­on s’interroge peu et se remet rarement en ques­tion quant à sa pro­pre propen­sion à émet­tre des infox.

Un tintin qui ne voit pas de l’autre côté du mur

Pomer­ant­sev, c’est un nou­veau Tintin reporter, en moins sym­pa­thique — il est allé de Mex­i­co à Pékin en pas­sant par Moscou, l’Ukraine ou Bel­grade, mais il a oublié Wash­ing­ton, New York, Paris ou Lon­dres. C’est d’une vaste enquête dont il s’agit. Que décou­vre-t-il ? Que les défenseurs de l’identité, partout dans le monde, ressem­blent à des sortes de mil­ices organ­isées comme des armées, ayant un cer­tain nom­bre de points com­muns « d’extrême-droite » (refus de l’immigration de masse et de l’islamisation, défense de l’identité, de la lib­erté des peu­ples et des tra­di­tions spé­ci­fiques) dont le lecteur peine juste­ment à saisir en quoi ils seraient d’extrême- droite.

Tous les chemins mènent à Moscou

Une fois son voy­age ter­miné, Pomer­ant­sev con­state avec sur­prise (feinte) que tous les chemins mènent au Krem­lin, sorte de Dis­ney­land de la dés­in­for­ma­tion où se fab­ri­querait un « con­te de fées » des­tiné à ven­dre un nou­veau monde à des peu­ples cré­d­ules (tan­dis qu’ils avaient été éveil­lés à la mon­di­al­i­sa­tion heureuse). Notons que l’auteur a occupé dif­férents postes au ser­vice Monde de la BBC et à Radio Free Europe. Il coche donc presque toutes les cas­es de la légitim­ité et de la neu­tral­ité — des par­ents dis­si­dents sovié­tiques, pour­chas­sés par le KGB, déportés — et s’affirme du coup « nos­tal­gique » de ce qu’il appelle « l’éthique de la pré­ci­sion et de l’impartialité » de ces médias où il oeu­vrait à l’époque (per­son­ne ne rit dans le fond de la salle, s’il vous plaît). A ses yeux, la démoc­ra­tie libérale est men­acée, ce qui sem­ble être devenu un mantra chez les ten­ants de ce sys­tème poli­tique. C’est que Pomer­ant­sev ne doute aucune­ment d’un point pré­cis : aujourd’hui, il y a un lien entre dés­in­for­ma­tion et auto­cratie. Finale­ment, il a peut-être enquêté dis­crète­ment à Paris, mais sans le dire… Bien­tôt en Français dans votre grande-sur­face préférée ou mieux chez votre libraire.

Peter Pomer­ant­sev, This Is Not Pro­pa­gan­da : Adven­tures in the War Against Real­i­ty, Pub­li­cAf­fairs, août 2019.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision