Accueil | Actualités | Médias | Tensions au Parisien après un publi-reportage sur EDF
Pub­lié le 16 décembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Tensions au Parisien après un publi-reportage sur EDF

Alors que régnerait au Parisien un climat de « terreur » lié à un plan de départs en cours, des vives tensions se sont cristallisées autour d’une pratique honteuse : le publi-reportage dissimulé.

Dans un communiqué interne envoyé mercredi 4 décembre, la Société des journalistes (SDJ) du Parisien/Aujourd’hui en France dénonce une série de publi-reportages non-identifiés comme tel et faisant la promotion de sociétés, rapporte Libération. La série « Histoire de marque » chantait, fin décembre, la gloire d’EDF dans un article intitulé « EDF, l’énergie d’un géant ». Dans son communiqué, la SDJ critique un « cahier tout à la gloire d'EDF (…) pas clairement identifié comme un publireportage » et interpelle le directeur des rédactions, Thierry Bossa. La pub reprenait en effet la même charte rédactionnelle que le quotidien : « Pourquoi, alors que nous t’avions fait part de cette exigence, n’est-il pas clairement indiqué sur le supplément, par une typographie et un étiquetage ad hoc, qu’il s’agit d’un publireportage ? », demande la SDJ.

En réaction Thierry Bossa, jugé « glacial », « incompétent » et « complétement coupé de la rédaction », dénonce « un concentré de malhonnêteté intellectuelle, ou personnelle ». Il va jusqu’à menacer à demi-mots Elisabeth Fleury, présidente de la SDJ : « Je vais donc désormais devoir évaluer la qualité de tes informations et du traitement que tu en présentes dans le journal à l’aune de ce que ce communiqué de la SDJ que tu portes donne à connaître de ton respect de l’exactitude des faits et de la rigueur avec laquelle tu rapportes des propos tenus par tes interlocuteurs. Je dois t’avouer que cela fait naître en moi quelques inquiétudes. »

Jugeant ce procédé inacceptable, la SDJ déplore cette « manœuvre d’intimidation ». « Cette réaction montre l'incompréhension totale qu'a le directeur des rédactions de ce qu'est une SDJ. On est dans notre rôle absolu en lui posant ces questions-là ! », écrivent les journalistes. Dans un contexte tendu rythmé par un plan de départ, une journaliste explique à Libération qu’« au Parisien en ce moment, c'est un peu la Terreur. La réaction de Borsa l'illustre bien ».

Rappelons qu’un publi-reportage est un article publicitaire rédigé par ou avec l’annonceur (ici EDF) qui, utilisant parfois les mêmes format, mise en page, police et taille des caractères des autres articles contenus dans le journal, essaie de faire croire au lecteur qu’il est un article d’information alors qu’il s’agit de communication d’entreprise. Si une telle pratique est en soi contestable, un publi-reportage doit pour le moins obligatoirement comporter une mention lisible (communiqué, publicité, publireportage, publi-information, etc.) rappelant son caractère commercial.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This