Accueil | Actualités | Médias | Squarcini condamné dans l’affaire des « fadettes » du Monde
Pub­lié le 11 avril 2014 | Éti­quettes : ,

Squarcini condamné dans l’affaire des « fadettes » du Monde

Jugé dans l'affaire des « fadettes » du Monde, Bernard Squarcini a été condamné mardi dernier à une amende de 8 000 euros ainsi que 7 000 euros à verser aux parties civiles, parmi lesquelles Le Monde et le Syndicat national des journalistes (SNJ).

L'ancien patron de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) était jugé pour « collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite ». D'après le procureur, Jean Quintard, ce dernier a commis des actes illégaux en invoquant la sûreté de l'État (alors qu'il s'agissait, en réalité, d'éviter des fuites dans la presse). Pourtant, M. Quintard n'avait requis qu'une peine de 5 000 euros d'amende afin de « tenir compte des services rendus par M. Squarcini à la République ».

Bernard Squarcini avait, de son côté, reconnu en février dernier avoir requis les fadettes (factures téléphoniques détaillées) d'un journaliste du Monde au sujet de ses informations sur l'affaire Bettencourt. Mais il « s'agissait de débusquer une fuite, un traître dans un cabinet ministériel », s'était-il justifié devant le tribunal correctionnel de Paris. Et d'invoquer une exception à la loi dans le cas d'une atteinte à la sûreté de l'État…

Pour les parties civiles, dont Le Monde, ce proche de Nicolas Sarkozy a surtout voulu protéger l'exécutif et Éric Woerth, alors en cause dans l'affaire Bettencourt. « Ces informations gênent le pouvoir politique, on se rend compte qu'il y a un système de collusion », avait estimé Gérard Davet, le journaliste du Monde visé par la recherche des fadettes.

Voir notre infographie du groupe Le Monde

Dessin : © Milady de Winter pour l’Ojim

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This