Accueil | Actualités | Médias | Soir 3, de France 3 à Franceinfo dans la douleur
Pub­lié le 13 juillet 2019 | Éti­quettes : , , , ,

Soir 3, de France 3 à Franceinfo dans la douleur

Qui est plus attaché au statu quo et aux avantages acquis dans la fonction publique qu’un syndicat ? Ce qui est vrai pour l’éducation nationale l’est tout autant pour les services de France Télévisions où le transfert de Soir 3 à Franceinfo fait des vagues au SNJ et ailleurs.

Une heure tardive

Difficile de fidéliser une audience pour un JT tardif dont l’horaire aléatoire varie en fonction de la fin des programmes de FR3 diffusés avant. Le JT peut passer à 23h ou 23h30 voire au-delà de minuit en fin de semaine. Avec quelques centaines de milliers de téléspectateurs, l’audience est globalement en baisse.

D’où le projet d’un JT à heure fixe (23h) mais transféré à Franceinfo à partir du 25 août 2019 et coréalisé avec les équipes actuelles de Soir 3 et celles de la nouvelle chaine. D’où aussi la crainte du SNJ (Syndicat National des Journalistes) qui redoute à la fois des redondances entre les équipes et pire la suppression à terme du 19/20 de FR3. Le nouveau journal doit être plus international, plus centré sur l’économie et l’Europe ce qui ne calme pas les appréhensions de la rédaction qui dénonce un « JT en kit Ikea ».

Grèves et pétitions

La formule du JT a dépassé les quarante ans et la direction de l’information de France Télévisions parie sur une forte augmentation de l’audience malgré grèves de protestation, une pétition de demande de maintien de la formule actuelle et quelques interventions parlementaires. Reste l’inconnue du présentateur, Francis Letellier actuel titulaire du poste, acceptera-t-il son transfert ou une autre figure lui sera-t-elle préférée ? Réponse le 25 août.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This