Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Soir 3, de France 3 à Franceinfo dans la douleur

13 juillet 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Soir 3, de France 3 à Franceinfo dans la douleur

Soir 3, de France 3 à Franceinfo dans la douleur

Qui est plus attaché au statu quo et aux avantages acquis dans la fonction publique qu’un syndicat ? Ce qui est vrai pour l’éducation nationale l’est tout autant pour les services de France Télévisions où le transfert de Soir 3 à Franceinfo fait des vagues au SNJ et ailleurs.

Une heure tardive

Dif­fi­cile de fidélis­er une audi­ence pour un JT tardif dont l’horaire aléa­toire varie en fonc­tion de la fin des pro­grammes de FR3 dif­fusés avant. Le JT peut pass­er à 23h ou 23h30 voire au-delà de minu­it en fin de semaine. Avec quelques cen­taines de mil­liers de téléspec­ta­teurs, l’audience est glob­ale­ment en baisse.

D’où le pro­jet d’un JT à heure fixe (23h) mais trans­féré à Fran­ce­in­fo à par­tir du 25 août 2019 et coréal­isé avec les équipes actuelles de Soir 3 et celles de la nou­velle chaine. D’où aus­si la crainte du SNJ (Syn­di­cat Nation­al des Jour­nal­istes) qui red­oute à la fois des redon­dances entre les équipes et pire la sup­pres­sion à terme du 19/20 de FR3. Le nou­veau jour­nal doit être plus inter­na­tion­al, plus cen­tré sur l’économie et l’Europe ce qui ne calme pas les appréhen­sions de la rédac­tion qui dénonce un « JT en kit Ikea ».

Grèves et pétitions

La for­mule du JT a dépassé les quar­ante ans et la direc­tion de l’information de France Télévi­sions parie sur une forte aug­men­ta­tion de l’audience mal­gré grèves de protes­ta­tion, une péti­tion de demande de main­tien de la for­mule actuelle et quelques inter­ven­tions par­lemen­taires. Reste l’inconnue du présen­ta­teur, Fran­cis Letel­li­er actuel tit­u­laire du poste, acceptera-t-il son trans­fert ou une autre fig­ure lui sera-t-elle préférée ? Réponse le 25 août.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.