Accueil | Actualités | Médias | Silence des médias après l’agression d’un gendarme
Pub­lié le 26 mai 2013 | Éti­quettes :

Silence des médias après l’agression d’un gendarme

Un fait-divers particulièrement inédit et troublant s’est produit mardi dernier à Roussillon dans l’Isère. Rapporté par des journaux locaux, l’événement est curieusement passé sous silence dans les grands médias.

Il aurait pourtant mérité sa place au JT. Mardi 21 mai peu avant midi, un homme de 32 ans a fait irruption dans la gendarmerie de la ville de Roussillon. Demandant une information au guichet, il s’est soudain précipité sur un gendarme, armé d’un couteau, invoquant « Allah » et vociférant en arabe. Le militaire de 44 ans a reçu trois coups de couteaux dont un à la gorge.

Il aura fallu qu’un collègue ouvre le feu pour le neutraliser. Blessé aux jambes, l’agresseur à été placé en garde en vue. Lors de l’interrogatoire, il a déclaré avoir entendu des voix qui lui auraient ordonné de « tuer un gendarme ». L’homme revenait d’un voyage à la Mecque et aurait, selon son entourage, changé depuis son retour. Sa femme porte la burka.

Matthieu Bourrette, le gendarme atteint par les coups de couteaux, est toujours hospitalisé à Lyon-Sud. Ses jours ne sont pas en danger.

Malgré le caractère choquant et impressionnant de ce fait-divers, il aura fallu compter sur les journaux locaux pour en avoir vent, devant le mur de silence dressé par les médias nationaux.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.