Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Saint-Nazaire : un directeur de média indépendant en garde à vue pour… 37,60 €

24 mars 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Saint-Nazaire : un directeur de média indépendant en garde à vue pour… 37,60 €

Saint-Nazaire : un directeur de média indépendant en garde à vue pour… 37,60 €

Un journaliste indépendant, directeur d’un média libre nazairien, a été mis en garde à vue au début de la semaine dernière pour 37,60 €. L’homme, âgé de 65 ans, a été retenu pendant près de 20 heures pour une histoire somme toute très légère. Mais cette garde à vue incongrue pourrait être liée à des intrigues politiques beaucoup plus profondes.

Jean-Bap­tiste Rochard est directeur du média libre nazairien Medi­aweb. Avec la radio bauloise Kernews, Medi­aweb, décliné en sites com­mu­naux (Saint-Nazaire infos, Por­nichet Infos, etc…) est le seul média libre de la presqu’île. L’o­rig­ine de l’af­faire est presque anec­do­tique : en décem­bre, alors qu’il récupère d’un infarc­tus, Jean-Bap­tiste Rochard doit pay­er un petit com­merçant et prend le pre­mier chéquier qui lui tombe sous la main pour émet­tre un chèque de 37,60 € qu’il lui envoie. Mais le com­merçant con­state, en essayant de l’en­caiss­er, que ce chèque est émis sur un compte clô­turé. Et pour cause : le chéquier qui traî­nait sur la table avait près de dix ans. Impos­si­bil­ité de join­dre l’émet­teur ? Énerve­ment ? Il dépose une plainte. Une con­vo­ca­tion est envoyée en let­tre recom­mandée avec AC au directeur de média, qui se déplace, le lun­di 16 mars vers 14h45. Et se voit sig­ni­fi­er par la police de Saint-Nazaire une garde à vue pour ce motif. On prévient son avo­cat habituel, Me Denis Lam­bert.

L’in­téressé est car­diaque. Si bien qu’à l’hôpi­tal de Saint-Nazaire, une bat­terie d’ex­a­m­ens lui sont faits pour véri­fi­er qu’il est en bonne san­té. À son retour, on lui dit que l’af­faire finan­cière est trop impor­tante pour qu’il soit enten­du par n’im­porte quel Offici­er de police judi­ci­aire. Pensez, 37 euros 60 cen­times ! Si bien qu’il passera la nuit, sur une planche, sans cou­ver­ture, puis sera enten­du le lende­main matin. Il ne sor­ti­ra que le mar­di 17 vers 11 h 30. À la fin, on lui con­seillera d’aller pay­er le plaig­nant sous 36 heures, afin que l’af­faire soit classée. L’af­faire — qui ne méri­tait peut-être pas 20 heures de garde à vue — aura coûté bien plus cher à la jus­tice, c’est à dire à tous, entre le for­fait de l’av­o­cat (360 euros) et les exa­m­ens à l’hôpi­tal.

Ce qui sur­prend, c’est que les policiers aient jus­ti­fié cette garde à vue par l’im­pos­si­bil­ité de join­dre le directeur de média — ce qui est dif­fi­cile à croire, les jour­nal­istes (et lui en par­ti­c­uli­er) étant joignables qua­si­ment 24 heures sur 24. Sor­ti des geôles nazairi­ennes, Rochard a accusé l’UMP d’être respon­s­able de sa garde à vue, qu’il qual­i­fie de “brimade” due à “une cabale de l’UMP”. Une accu­sa­tion qui n’est pas anodine, car à Saint-Nazaire il n’y a pas que l’his­toire des Mis­trals pour défray­er la chronique.

À Saint-Nazaire, l’inim­i­tié entre Gatien Meu­nier, le chef local de l’UMP, et Medi­aweb (et plus générale­ment tous les jour­nal­istes qui n’en­tre­ti­en­nent pas au moins une neu­tral­ité bien­veil­lante à son égard) est un secret de polichinelle ; elle remonte d’ailleurs à la fin du man­dat de Sarkozy. “Mais il faut remon­ter plus loin”, nous pré­cise un habi­tant de la Presqu’île bien au courant du dessous des cartes : “pour des raisons liées à son passé, Jean-Bap­tiste Rochard a beau­coup de con­tacts au sein de la droite locale et notam­ment avant l’ar­rivée de la famille Pinte, voire de Guichard ; il est au courant de bien des choses” On nous a con­fir­mé par ailleurs que le fait que Medi­aweb donne la parole à des gens de droite mécon­tents de la ges­tion de l’UMP à Saint-Nazaire et dans le départe­ment, comme ce mil­i­tant, ne plaît pas beau­coup en haut lieu au sein de ce par­ti, dont les décideurs locaux dépen­dent de François Fil­lon.

Par ailleurs le sous-préfet actuel de Saint-Nazaire, Emmanuel Bor­deau, est réputé être un proche de Nico­las Sarkozy qui l’a nom­mé à ce poste. Dans ce thriller poli­tique de sous-pré­fec­ture appa­raît aus­si le vice-pro­cureur Blin, qui con­naît déjà M. Rochard ; ce dernier l’é­gratigne dans son accu­sa­tion : “le vice-pro­cureur Blin qui s’acharne con­tre moi dans la liq­ui­da­tion de la régie pub­lic­i­taire iNou­velles pronon­cée en févri­er 2013″. Société effec­tive­ment en cours de liq­ui­da­tion qui était la régie pub­lic­i­taire de Medi­aweb, un média lui-même très mal en point. “Leur but, c’est de me faire taire”, estime Jean-Bap­tiste Rochard lui-même.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.