Accueil | Actualités | Médias | Roumanoff virée d’Europe 1
Pub­lié le 3 juin 2014 | Éti­quettes :

Roumanoff virée d’Europe 1

Anne Roumanoff ne sera pas reconduite la saison prochaine sur Europe 1. La station a annoncé en effet qu'elle ne reconduirait pas l'émission « Samedi Roumanoff », qu'elle animait depuis 5 ans, ni le contrat de celle-ci, qui expire cet été.

En visite à Nancy pour dédicacer son dernier livre, Anne Roumanoff a déclaré qu'elle avait été « virée d’Europe 1 en quatre minutes ! ». « Je ne comprends pas pourquoi j’ai été renvoyée. On faisait de bonnes audiences. J’ai fait progresser la case de 57% », a ajouté celle qui réunissait 1,3 million d'auditeurs chaque samedi.

« J’ai cru comprendre que l’émission coûtait trop cher. J’étais prête à prendre moins cher et je suis sûre que les chroniqueurs aussi. Mais quand je l’ai proposé, je n’ai pas eu de réponse », a précisé l'humoriste qui en appelle à ses fans : « Écoutez-nous encore jusqu’au 5 juillet. »

Si le lien n’est pas officiellement établi, il est difficile de ne pas voir dans ce licenciement l’épilogue de son sketch sur Christiane Taubira qui avait provoqué un tollé au sein de la sphère médiatique et avait vu fuser les accusations de racisme. Le 27 avril, l’humoriste avait en effet imité la garde des sceaux en imitant l’accent « antillais » (madame Taubira est originaire de Guyanne…) dans l’émission « Vivement dimanche », avant de s’excuser trois jours plus tard face au tollé.

En guise de vengeance à son éviction, Anne Roumanoff a décidé de s'en prendre… à Marine Le Pen ! « On va se lâcher. Marine Le Pen va en prendre pour son grade ! », a-t-elle prévenu, alors que la présidente du Front National n'est pour rien, de près ou de loin, dans son éviction d'Europe 1. Une manière de rétablir la balance et de donner des gages de politiquement correct ?

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux