L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Régime estival

24 juillet 2022

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Régime estival

Régime estival

24 juillet 2022

Temps de lecture : 4 minutes

Pendant l’été vous allez pouvoir consulter notre base de données : vous pourrez consulter 300 portraits de journalistes, 30 infographies, de très nombreux dossiers et plus de 6000 articles sur les médias, les censures etc. Tout ceci gratuitement, mais comme toute gratuité, la nôtre a un coût, environ 3000€ par mois, un bon rapport qualité/prix disent certains.

Vous êtes en vacances ou vous allez bien­tôt y être, faites un geste pour l’OJIM. Un don de 50€ finance un arti­cle et vous coûte 16,60€ après reçu fis­cal, le coût d’un apéri­tif pour deux ou trois au soleil de l’été. Et vous recevez en sus une de nos jolies brochures numériques dont nous vous don­nons un aperçu en lien : un dossier sur les cen­sures des GAFAM, un sujet hélas plus que jamais d’actualité.

Pour nous aider à vous informer sur ceux qui vous infor­ment cliquez ici.
Vous pou­vez aus­si envoy­er un chèque à l’ordre de l’OJIM, 48 boule­vard de la Bastille 75012 Paris. D’avance mer­ci. Comme vous, nous prenons des vacances, nous repub­lions les meilleurs arti­cles du pre­mier semes­tre pen­dant qua­tre semaines, retour au rythme nor­mal le 22 août, passez un bel été.

Claude Chol­let
Obser­va­toire du jour­nal­isme (Ojim)
Prési­dent

La censure comme standard : Facebook et les GAFAM

Devenus omniprésents dans nos usages quo­ti­di­ens, les GAFAM sont désor­mais incon­tourn­ables. Plus le temps passe, plus leur influ­ence s’étend et touche des secteurs var­iés inclu­ant celui des médias. Les réseaux soci­aux, large­ment pro­duits par eux, sont – ou plutôt, étaient – des espaces où la diver­sité des opin­ions peut (pou­vait) se con­fron­ter. Mais les réseaux soci­aux tombent eux aus­si sous le joug de la cen­sure, les fameux « stan­dards de la com­mu­nauté », et se trans­for­ment en cen­sure comme stan­dard. Face­book excelle dans cet exer­ci­ce. Ce dossier pro­pose un détour en trois par­ties sur la fab­rique de la cen­sure par le réseau tout puis­sant de Zucker­berg. Une cen­sure dev­enue insti­tu­tion­nelle, partout, tout le temps, et qui se généralise aux autres réseaux soci­aux comme Twitter.

Première partie : la censure institutionnalisée

La pra­tique de la cen­sure par Face­book ne se fait plus de manière dis­simulée ou désor­gan­isée : elle découle d’une volon­té insti­tu­tion­nelle du réseau. Le Con­seil de sur­veil­lance de Face­book lancé en jan­vi­er 2020 en est une belle illus­tra­tion. Au-delà des mesures internes à l’entreprise, en France, la cen­sure est soutenue par des mesures émanant de l’État comme l’a démon­tré le funeste pro­jet de loi Avia dont le vote date aus­si de 2020, une loi reto­quée par le Con­seil con­sti­tu­tion­nel mais qui, sor­tie par la porte, revien­dra sans doute par la fenêtre.
Le con­seil de sur­veil­lance de Facebook

Avant la créa­tion de son Con­seil de sur­veil­lance, Face­book employ­ait déjà une armée de 20 000 « mod­éra­teurs », générale­ment sous-traités, qui tra­vail­lent 24 heures sur 24 pour véri­fi­er que vos pub­li­ca­tions ne vont pas à l’encontre des fameux « stan­dards de la com­mu­nauté », sans compter l’aide de l’intelligence arti­fi­cielle. Insuff­isante pour faire régn­er l’ordre sur le réseau, cette armée est accom­pa­g­née (cha­peautée ?) d’un Con­seil Suprême depuis le début de l’année 2020, le « Con­seil de sur­veil­lance ». Créé dans le but de pren­dre les « déci­sions les plus com­plex­es et les plus impor­tantes sur le con­tenu présent sur les plateformes ».

Respon­s­able de la fameuse « mod­éra­tion de con­tenu », cette struc­ture est aus­si inquié­tante par sa mis­sion que par sa com­po­si­tion. Sur la ving­taine de pre­miers mem­bres du Con­seil, deux (Afia Asan­te­waa Asare-Kyei et András Sajó) sont des cadres de struc­tures ini­tiées par le mil­liar­daire George Soros. A leurs côtés, une enquête menée par Sharyl Attkisson de Real­Clear­Pol­i­tics a mon­tré que 16 autres mem­bres (sur 20 !) « ont col­laboré avec ou sont liés à des groupes » qui ont reçu un finance­ment des fon­da­tions Open Soci­ety de Soros. Cet élé­ment n’est pas isolé, Tawakkol Kar­man appar­tient à la mou­vance islamiste au Yémen, d’autres sont des mil­i­tants pro­gres­sistes affichés. Comme Emi Pal­mor qui a été nom­mée par la gauche, en 2014, direc­trice générale du min­istère de la jus­tice israélien, ou Pamela Kar­man qui a été qual­i­fiée en 2009 par le New York Times, « de cham­pi­onne des droits homo­sex­uels, de grande défenseure des droits des crim­inels et des droits de vote ». Pour ce qui est de la branche française de Face­book, Lau­rent Sol­ly (ex Sarko boy), directeur général de l’entreprise pour la France, a fait part de son sou­tien à la poli­tique de cen­sure en se félic­i­tant publique­ment des « pro­grès qui ont été faits pour lut­ter con­tre les con­tenus nuis­i­bles, de haine » et rap­pelant « l’investissement con­sid­érable au cours des deux dernières années, de plusieurs mil­liards de dol­lars », fait par le réseau social pour soutenir cette dynamique. Pour la loi Avia, il avait estimé que le délai de 24 heures n’était pas « le meilleur indi­ca­teur » et espérait la dis­pari­tion des con­tenus dans des délais plus brefs.

L’État français en renfort

La loi Avia, dis­cutée depuis 2019, votée en mai 2020, puis reto­quée, voulait valid­er les pul­sions face­book­i­ennes de con­trôle de la lib­erté d’expression. Le gou­verne­ment français et ses instances ont tou­jours été exem­plaires en la matière comme en témoigne le nom­bre de deman­des de sup­pres­sion de posts et com­men­taires sur Face­book. De 2013 à 2018, la France était le deux­ième pays le plus act­if dans le domaine durant cette péri­ode (Chine et États-Unis étant hors classe­ment). Une bonne par­tie des requêtes con­cer­nait des deman­des de retrait des images de corps des vic­times des atten­tats de 2015.

Le pro­jet de loi Avia représen­tait une nou­velle étape impor­tante dans cette ten­dance de fond. Cette loi, dont le but est de « com­bat­tre la haine sur inter­net », per­me­t­tait de soutenir offi­cielle­ment la cen­sure sur les réseaux soci­aux et de la ren­dre obligatoire.

La cen­sure devait inter­venir en moins de 24 heures pour tout ce qui ren­tre dans la déf­i­ni­tion très large des « dis­cours de haine ». Face­book n’en demandait pas plus pour ren­forcer son zèle de censeur. Le Con­seil con­sti­tu­tion­nel est venu met­tre le holà sur cette entente crois­sante entre l’État et le réseau social, en ne jugeant pas com­pat­i­ble avec la lib­erté d’expression l’obligation de retir­er les con­tenus dans un délai aus­si court et sans l’intervention d’un juge. Mais le gou­verne­ment n’a pas dit son dernier mot comme en témoignent les déc­la­ra­tions faites suite à l’attentat islamiste dont a été vic­time Samuel Paty, décapité en octo­bre 2020. Mem­bres ou sou­tiens du gou­verne­ment, Cédric O, Gabriel Attal, Mar­lène Schi­ap­pa, Laeti­tia Avia et con­sorts ont accusé les réseaux soci­aux d’avoir joué un rôle dans cet événe­ment, lais­sant présager de nou­velles pul­sions de législation.

Pour lire la suite (PDF), faire un don (mon­tant libre) : ojim.fr/faireundon/

Mots-clefs : , ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés