Accueil | Actualités | Médias | Publicité numérique : la France en retard
Pub­lié le 7 mai 2013 | Éti­quettes : ,

Publicité numérique : la France en retard

La publicité numérique traîne des pieds en France alors que l’hexagone est le deuxième pays, après la Norvège, le plus connecté au monde.

Selon une étude menée par ZenithOptimedia, le digital devrait passer, pour la France, de 20,9 % à 24,6 % des investissements publicitaires en 2015. Le Royaume-Uni affichera quant à lui, à titre de comparaison, 41 %. Un retard du à la frilosité des entreprises françaises en période de crise. « Les annonceurs comme les agences ne sont pas vraiment engagés dans un cercle vertueux d'innovation et de prise de risque. Depuis le début de l'année, les uns comme les autres se replient sur des techniques de communication traditionnelles et ils n'hésitent pas à couper des budgets initialement alloués aux nouveaux médias », précise un connaisseur du secteur au Figaro.

« Les annonceurs français ne sont guère tentés par des nouveaux leviers comme le mobile ou la vidéo, qui sont devenus de vrais relais de croissance outre-Manche », ajoute Hélène Chartier, DG du Syndicat des régies Internet (SRI). Par contre, « en termes d'innovation, la France est plutôt en avance sur la data ou la publicité ciblée. Et le marché de la publicité sur mobile n'est pas encore normé », souligne Olivier Mazeron, président de Group M Interaction (WPP).

Crédit photo : sqback via SXC (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This