Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Presse : les trois points chauds de la rentrée

1 septembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Presse : les trois points chauds de la rentrée

Presse : les trois points chauds de la rentrée

SFR Presse, qui regroupe désormais L’Express, Libération et L’Étudiant, L’Obs, plus instable que jamais, mais aussi Le Journal du dimanche, dont le rapprochement avec Europe 1, va démarrer, se préparent à une rentrée agitée.

L’Obs, qui doit en principe annon­cer courant sep­tem­bre un plan d’é­conomies de l’or­dre de cinq mil­lions d’eu­ros, se pré­pare une nou­velle fois à des journées dif­fi­ciles. La cure d’austérité imposée par l’ac­tion­naire majori­taire ‑Le Monde- pour­rait se traduire par la sup­pres­sion d’une quar­an­taine de postes, essen­tielle­ment à la rédac­tion. Le décrochage de la dif­fu­sion, depuis la nou­velle for­mule lancée il y a un an, est en par­tie respon­s­able du déficit de L’Obs. Le cli­mat délétère en interne, depuis le licen­ciement sans ménage­ment de la numéro deux de la rédac­tion, Aude Lancelin, n’est pas là pour arranger les choses. Les détracteurs de L’Obs en interne accusent le social-démoc­rate Math­ieu Crois­sandeau ‑le directeur- de règle­ment de compte poli­tique vis-à-vis de cette proche de Nuit debout. Les règle­ments de compte n’ont pas lieu qu’à droite : côté peaux de bananes, la gauche sait égale­ment y faire.

Alors que la ren­trée risque donc d’être ten­due à L’Obs, elle sera au con­traire studieuse à L’Ex­press. L’heb­do­madaire, qui lui aus­si a fait un flop avec sa refonte du print­emps, devrait être repen­sé début 2017. La réflex­ion sur l’avenir des news­magazines, en plein décrochage de leur lec­torat, pousse Alain Weill, le patron de BFM, de RMC, et de SFR Presse, la nou­velle société éditrice de L’Ex­press, de Libéra­tion et de L’E­tu­di­ant, à trou­ver des solu­tions à l’hé­mor­ragie. Si la crois­sance pour­rait venir de la nou­velle appli­ca­tion de lec­ture des titres du groupe, lancée avant l’été, les lignes édi­to­ri­ales passeront à l’avenir sous les fourch­es caudines de Guil­laume Dubois. L’an­cien directeur de BFM TV, nom­mé directeur général de SFR Presse, cor­na­que­ra à ce titre les très sus­cep­ti­bles Christophe Bar­bi­er à L’Ex­press et Lau­rent Jof­frin à Libé. Autant dire que la guerre larvée pour­rait aus­si être déclarée là-bas.

Hervé Gat­teg­no, nou­veau directeur du JDD, n’au­ra pas non plus une ren­trée de tout repos. Après avoir débauché Anna Cabana au Point, il cherche à se con­stituer une garde rap­prochée pour pilot­er le jour­nal. Le JDD devra en effet se bat­tre bec et ongle pour ne pas être absorbé par Europe 1. Si l’on par­le de ren­force­ment des syn­er­gies rédac­tion­nelles, côté Lagardère active, le rap­proche­ment des deux médias fait peser de lour­des craintes au Jour­nal du dimanche. La puis­sance d’Europe 1 con­stitue une épée de Damo­clès au-dessus de sa tête

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.