Accueil | Actualités | Médias | Presse allemande, presse française : même difficultés !
Pub­lié le 16 novembre 2012 | Éti­quettes : , , , ,

Presse allemande, presse française : même difficultés !

Après la faillite de l'agence de presse DADP, c'est au tour du Frankfurter Rundschau, quotidien francfortois, classé à gauche, de déposer le bilan, à cause « de pertes massives de chiffre d'affaires dans la publicité et les ventes papier au premier semestre » ! Une situation qui n'est pas sans rappeler celle de la presse française. Cependant, les deux actionnaires du titre ont affirmé que « l'objectif est de poursuivre l'activité ».

Le Frankfurter Rundschau est la propriété à 50% du groupe de médias M. DuMont Schauberg et à 40% de la DDVG (Deutsche Druck- und Verlagsgesellschaft ), la holding media du SPD, parti de gauche, actuellement dans l'opposition, après sa défaite historique aux élections fédérales de 2009. Le titre emploie encore 500 salariés, dont une centaine de journalistes. Malgré plusieurs restructurations, et notamment la mise en commun de services avec le Berliner Zeitung, le journal perd entre 10 et 20 millions d'euros, chaque année. Son lectorat a baissé de 25% en seulement cinq ans.

Source : Les Échos

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This