Accueil | Actualités | Médias | Presse allemande, presse française : même difficultés !
Pub­lié le 16 novembre 2012 | Éti­quettes : , , , ,

Presse allemande, presse française : même difficultés !

Après la faillite de l'agence de presse DADP, c'est au tour du Frankfurter Rundschau, quotidien francfortois, classé à gauche, de déposer le bilan, à cause « de pertes massives de chiffre d'affaires dans la publicité et les ventes papier au premier semestre » ! Une situation qui n'est pas sans rappeler celle de la presse française. Cependant, les deux actionnaires du titre ont affirmé que « l'objectif est de poursuivre l'activité ».

Le Frankfurter Rundschau est la propriété à 50% du groupe de médias M. DuMont Schauberg et à 40% de la DDVG (Deutsche Druck- und Verlagsgesellschaft ), la holding media du SPD, parti de gauche, actuellement dans l'opposition, après sa défaite historique aux élections fédérales de 2009. Le titre emploie encore 500 salariés, dont une centaine de journalistes. Malgré plusieurs restructurations, et notamment la mise en commun de services avec le Berliner Zeitung, le journal perd entre 10 et 20 millions d'euros, chaque année. Son lectorat a baissé de 25% en seulement cinq ans.

Source : Les Échos

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This