Accueil | Portraits | Sylvain Chazot

Sylvain Chazot

Un militant politique au Lab

Sylvain Chazot, spécialiste du Front National au Lab politique d’Europe 1, illustre cette nouvelle forme de journalisme qui sévit désormais dans les salles de rédaction. À la manière du Petit journal sur Canal+, Sylvain Chazot traite l’actualité politique avec rapidité, dans des articles courts (sans véritable travail de fond), avec un ton décalé et un humour corrosif et partisan.

Le but pour ce jour­nal­iste inter­net est de faire le « buzz », non pas en faisant du jour­nal­isme d’investigation car les jour­nal­istes n’ont en plus les moyens financiers mais avec des arti­cles ori­en­tés poli­tique­ment. En mode LOL et taquin avec la gauche, Syl­vain Cha­zot devient féroce et d’une totale mau­vaise foi avec la droite et les mou­ve­ments patri­otes. Car ce Lyon­nais d’origine, “de cul­ture catholique”, fait par­tie de cette généra­tion de jour­nal­istes (David Per­rotin, Thomas Guénolé, etc…) qui se rêve rem­part de la démoc­ra­tie mais qui n’est enfin de compte que la ligne jaune du poli­tique­ment cor­rect (idéolo­gie « Je suis Char­lie »). Tout son tra­vail est dès lors de mor­dre quand une per­son­nal­ité s’en approche trop….

Après un début de car­rière dans de nom­breux médias de presse écrite, à Lyon (Le petit bul­letin, Le Pro­grès) et nationaux (Le Figaro, L’Express), Syl­vain Cha­zot atter­rit au Lab, le « lab­o­ra­toire » web d’Europe 1 qui perce­vait 502 000 € de sub­ven­tions publiques en 2013.

Syl­vain Cha­zot se définit ain­si : « Après avoir tra­vail­lé, entre autres, sur le site d’une radio “un peu” con­cur­rente, j’ai tra­ver­sé la rue et débar­qué au Lab en mars 2014. “Pro­fondé­ment choqué” par principe, je scrute les pos­tures et les posi­tion­nements icon­o­clastes, avec une préférence pour tout ce qui touche au FN » .

Déjà quand il tra­vail­lait à France-Soir, il écrivait des arti­cles aux titres explicites : « Marine Le Pen : L’extrême droite, c’est elle ».

Scru­ta­teur du FN, Syl­vain Cha­zot ? Assuré­ment puisqu’il relève les potins ou les petites phras­es des mil­i­tants durant les meet­ings ou les con­grès du mou­ve­ment de Marine Le Pen, voire les slo­gans con­nus de tous.

Provo­ca­teur, Syl­vain Cha­zot ? Assuré­ment aus­si, quand il s’exprime sur Twit­ter : « Petit sourire de la journée : voir ces bran­leurs d’identitaires se faire vir­er de la place de la RÉPUBLIQUE à Lille ».

À rai­son de 4 à 5 arti­cles par jour, il se moque sou­vent de la gauche sur la forme sans jamais trop l’égratigner sur le fond mais devient beau­coup plus mil­i­tant quand il s’agit de la droite ou du Front Nation­al en pub­liant par exem­ple la vidéo de la réponse de Manuel Valls à Mar­i­on-Maréchal Le Pen à l’assemblée Nationale sans pub­li­er la vidéo com­plète avec les argu­ments avancés par la députée du Vau­cluse aupar­a­vant.

C’est ain­si par exem­ple qu’il qual­i­fie d’ « anx­iogène » la vidéo de Philippe de Vil­liers sur les atten­tats islamistes meur­tri­ers du 13 novem­bre 2015 à Paris ! Euh… et si c’était les atten­tats eux-mêmes qui étaient « anx­iogènes » ?

Formation

École Saint Joseph à Saint Genis Laval : 1986 — 1992

Lycée saint Thomas D’Aquin Véri­tas à Oullins : 1998 – 2001. Cet étab­lisse­ment est «  est né du catholi­cisme libéral illus­tré par LACORDAIRE dont les fils spir­ituels, les Domini­cains Enseignants, ont dirigé l’établissement jusqu’en 1985. Dès l’origine, à Saint-Thomas d’Aquin, ont été priv­ilégiées la con­quête de la Lib­erté, la recherche de la Vérité, l’union de la Foi et de la Sci­ence, la pra­tique de la Mis­éri­corde. » (lien : http://www.st-thom.com/)

DEUG de droit à l’université Jean Moulin (Lyon III) : 2001 — 2003

Mas­ter 2 Iup Info­com (Lyon III) : 2003 — 2007

Parcours professionnel

Depuis mars 2014

Jour­nal­iste pigiste au Lab d’Europe 1. « “Pro­fondé­ment choqué” par principe », Syl­vain Cha­zot « scrute les pos­tures et les posi­tion­nements icon­o­clastes, avec une préférence pour tout ce qui touche au FN. »

La fiche LinkedIn de Syl­vain Cha­zot indique qu’il serait jour­nal­iste pigiste à France-Soir depuis avril 2013. Nous n’avons pas trou­vé la moin­dre trace de cette activ­ité.

Novembre 2013 à mars 2014

Jour­nal­iste pigiste à Atlanti­co.

Mai à décembre 2013

Jour­nal­iste pigiste à RTL.

Septembre 2012 à janvier 2013

Jour­nal­iste à l’émission « Ce soir (ou jamais !) ». Mem­bre de la rédac­tion de l’émission de Frédéric Tad­deï « Ce soir (ou jamais !) ». Élab­o­ra­tion des thèmes, choix des invités, pré­pa­ra­tion édi­to­ri­ale de l’émission

Octobre 2007 à août 2012

Jour­nal­iste poli­tique à France-Soir. Jour­nal­iste web et print. Spé­cial­isé en poli­tique française et améri­caine. Suivi de la cam­pagne prési­den­tielle de Barack Oba­ma en 2008. Reportages aux Etats-Unis. Suivi de la cam­pagne prési­den­tielle de François Hol­lande en 2012.

Janvier 2010 à septembre 2011

Chef de ser­vice-adjoint à France-Soir. Ges­tion édi­to­ri­ale du site Inter­net francesoir.fr

Janvier à juillet 2007

Sta­giaire à L’Express. Suivi de l’actualité, rédac­tion d’article sur sujets divers (poli­tique, société, cul­ture). Réal­i­sa­tion de reportages vidéo et des édi­tos vidéo de Christophe Bar­bi­er, directeur de la rédac­tion de L’Express.

Avril à juillet 2006

Sta­giaire au Figaro au sein de l’édition inter­na­tionale, rédac­tion France-Amérique à New York.

Avril 2005 à janvier 2007

Cor­re­spon­dant pour Le Pro­grès de Lyon.

2004

Sta­giaire au Le petit bul­letin à Lyon

Parcours militant

Non ren­seigné.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Publications

Non ren­seigné.

Collaborations

Non ren­seigné.

Il a dit

« De l’ordre. Partout. Dimanche, à Mar­seille, Marine Le Pen se pose comme la seule can­di­date de l’extrême droite française. » « Marine Le Pen : L’extrême droite, c’est elle. » France Soir, 04/03/2012.

Marine et Jean-Marie Le Pen : « Il y avait donc de grandes dif­férences entre les 1er mais. Mais, en réfléchissant bien, on peut égale­ment trou­ver un grand point com­mun : la haine des jour­nal­istes. » « Le point com­mun entre les 1er mai de Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen : la haine des jour­nal­istes » lelab.europe1.fr, 01/05/2016.

Sa nébuleuse

Non ren­seigné.

Ils ont dit

Incident avec Jean-Luc Mélenchon

En mai 2015, lors de l’émission Poli­tiqueS sur LCP, le co-fon­da­teur du Par­ti de gauche et can­di­dat du Front de gauche à l’élection prési­den­tielle, Jean-Luc Mélen­chon, avait répon­du sèche­ment à plusieurs ques­tions posées par Syl­vain Cha­zot : « Et vous faites une com­pi­la­tion des saloperies que vous avez racon­tées sur moi ou pas ? Vous, quand vous par­lez, c’est tou­jours juste et hon­nête. Et moi, c’est tou­jours agres­sif. Je con­nais la musique. Je me demande si les jour­nal­istes se ren­dent compte du niveau d’agressivité, de méchanceté, de cru­auté et de men­songe qu’ils dévelop­pent. » Avant d’ajouter : « Vous voulez me com­par­er à l’extrême droite, c’est ça ? Avec votre crâne rasé là ? » Après l’enregistrement de l’émission, Jean-Luc Mélen­chon a recon­nu « que Syl­vain Cha­zot “n’avait rien de fas­ciste”, qu’il n’avait “rien à nous reprocher” [Le Lab poli­tique d’Europe 1], qu’il ne se sou­ve­nait plus pourquoi il avait qual­i­fié le Lab en juin 2013 de “site proche de la droite extrême.” »

« Les médias sont cri­ti­quables, les jour­nal­istes ont le droit d’être cri­tiqués, le Lab d’Europe 1 salit l’image d’Europe 1, votre média est sou­vent un tract du gou­verne­ment », Flo­ri­an Philip­pot « Flo­ri­an Philip­pot : “Le Lab d’Europe 1 est une honte pour la mar­que Europe 1” ozap.com, 19/06/2015.

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

39% récolté
Nous avons récolté 782€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store