Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pierre Lescure

23 août 2021

Temps de lecture : 10 minutes

Accueil | Portraits | Pierre Lescure

Pierre Lescure

Pierre Lescure

Le parrain du PAF

« J’ai tou­jours lu la presse inter­na­tionale. La France-vil­lage gaulois, ça n’a jamais été mon truc »Le Temps, 20/09/2019

Pierre François Amar Lescure est né le 2 juillet 1945 dans le XVe arrondissement de Paris. Après avoir écumé les grandes radios hexagonales, il sera à l’origine de l’aventure Canal+ avec une bande de copains réunissant Alain de Greef, Antoine de Caunes et Philippe Gildas. Ce conte de fées télévisuel libéral-libertaire le mènera jusqu’aux studios Universal en Californie après la fusion avec Vivendi, jusqu’à ce que Jean-Marie Messier l’évince sans ménagement et au grand dam de la rédaction de la chaîne cryptée. Homme de réseau au ton patelin, autant réservé que visionnaire, sa trajectoire aura fortement dépendu de l’élection de deux présidents socialistes : Mitterrand, qui confie Canal à son ancien directeur de cabinet, André Rousselet, auquel Lescure succédera, et Hollande, à qui il doit son retour en grâce dans les coulisses de l’industrie culturelle après une traversée du désert de dix ans.

Fils d’un rédac­teur en chef de L’Humanité, tirant alors à 600 000 exem­plaires, plus intéressé par la lutte des class­es que par l’éducation de son fils, il grandit à Choisy-le-Roi chez ses grands-par­ents mater­nels où sa mère, jour­nal­iste syn­di­cale, pos­sède une cham­bre. Son grand-père, Pierre de Les­cure, est d’ailleurs le cofon­da­teur des Édi­tions de Minu­it. Son demi-frère, Roland Les­cure, poly­tech­ni­cien et ancien numéro deux de la Caisse de dépôt et de place­ment du Québec, est député de l’étranger sous la ban­nière LREM dans la cir­con­scrip­tion de l’Amérique du Nord. Après avoir partagé la vie de la future écrivain à suc­cès Kater­ine Pan­col, puis de Cather­ine Deneuve entre 1983 et 1991, il se marie avec Frédérique Fayles Bern­stein en 1996, con­nue pour être la dernière com­pagne de Coluche. Ensem­ble, ils adoptent trois ans plus tard une jeune viet­nami­enne qu’ils prénom­ment Anna-Rose.

Formation

Après avoir entamé une licence de let­tres, qu’il ne finit pas, il s’oriente vers le Cen­tre de For­ma­tion des jour­nal­istes dont il ressort diplômé en 1963.

Parcours professionnel

En sor­tant du CFJ, après un stage à L’Est répub­li­cain, il s’apprête à sign­er un CDI au Provençal et est tout près de s’installer à Mar­seille, mais Jean-Michel Desje­unes, son com­père du CFJ, le con­va­inc de s’orienter plutôt vers la radio. La télévi­sion, à l’époque de l’ORTF, demeure plus con­formiste et moins ouverte à l’innovation. Philippe Gildas, via Desje­unes, le con­tacte pour lui pro­pos­er un poste à Radio Lux­em­bourg, la future RTL. Il remonte en trombe à Paris. Après une par­en­thèse sur la deux­ième chaîne de l’ORTF où il passe devant la caméra pour présen­ter des jour­naux télévisés, il repasse à la radio. Il ral­lie Europe 1 en 1974, peu de temps après l’éclatement de l’ORTF, où il présente « Europe Soir » et des émis­sions de musique, dont le feuil­leton Music Sto­ry financé par la mar­que Coca Cola.

En 1980, il est directeur de l’information à RMC Grandes Ondes, qua­trième grand réseau de radio, où on lui pro­pose  d’être patron de l’antenne à 35 ans. Il recrute déjà les jeunes Alain Cha­bat, Jean-Michel Fou­cault et Michel Denisot à Radio Monte Car­lo. En 1981, année d’élection et de chais­es musi­cales, il doit céder sa place. Le PDG d’Antenne 2, Pierre Des­grau­pes, lui passe un coup de fil pour le recruter. Il est som­mé par lui de faire des édi­tions « pour les jeunes » et crée « Les Enfants du Rock », un fort suc­cès d’audience qui inau­gure la péri­ode faste de la deux­ième chaîne qui tutoie, puis dépasse, sa rivale TF1. La pro­gram­ma­tion de Les­cure y est pour quelque chose et on finit par le propulser directeur de l’information. Ce dernier, comme la plu­part de ses con­tem­po­rains, est résol­u­ment tourné vers l’Amérique icon­o­claste et branchée, celle du Sat­ur­day Night Live et d’HBO, dont il essaie d’importer l’esprit dans le paysage audio­vi­suel français. Par chance, cela fait trois ans que le groupe Havas, son prési­dent Rous­se­let en tête, tra­vaille sur un pro­jet de chaîne payante à voca­tion cul­turelle que le pou­voir social­iste voit d’un bon œil. En 1984, il est nom­mé directeur des pro­grammes de la nou­velle chaîne Canal+, la qua­trième du réseau hertzien, à 38 ans. Fort de ses ami­tiés nouées dans les médias, il va sélec­tion­ner les per­son­nal­ités qui for­meront l’ossature de la chaîne et favoris­er un esprit d’irrévérence qui s’imposera bien­tôt comme l’« esprit Canal ». Les­cure, nom­mé directeur puis directeur général de la chaîne, vit là ses plus belles années sur le plan professionnel.

Trahi par ses action­naires à la faveur d’un com­plot our­di par Bal­ladur, jaloux des priv­ilèges exor­bi­tants dont jouit la chaîne depuis sa créa­tion, Rous­se­let désigne son directeur général Pierre Les­cure comme son suc­cesseur en 1994. L’homme, qui n’a pas la voca­tion d’un patron de chaîne, est d’abord écrasé par l’ampleur de la tâche mais se révèle proche de ses équipes et est soucieux de dévelop­per les résul­tats du groupe à l’international. Suite à la fusion Viven­di-Sea­gram-Canal en 2000, il est aus­sitôt chargé du pôle ciné­ma-télévi­sion de Viven­di Uni­ver­sal, en par­ti­c­uli­er des con­tenus d’Universal Stu­dios. Son quo­ti­di­en est bien­tôt ponc­tué d’aller-retours entre Las Vegas et Paris. Le rêve améri­cain cesse bru­tale­ment lorsque Jean-Marie Messier le débar­que en avril 2002. L’amer­tume est pal­pa­ble dans la bouche de l’homme qu’on prive de son enfant : « On était à moins 16 mil­liards, il fal­lait lim­iter l’hémorragie. Donc il vire le saltim­banque que je suis pour mar­quer une forme de retour au sérieux. C’est de ma faute, je n’aurais pas dû lui faire con­fi­ance. J’ai suivi quelqu’un qui me sem­blait avoir une vision. J’ai été viré pour faute grave sous pré­texte que j’aurais appelé “Le Monde” pour com­man­diter cinq unes alarmistes sur la ges­tion de Messier ». Cas unique dans l’histoire de la télévi­sion, la fronde des salariés, qui sou­ti­en­nent « Pierre » envers et con­tre tout, est retrans­mise en directe à la télévi­sion. Il reçoit tout de même 2,9 mil­lions d’euros d’indemnités à l’occasion de son départ de la chaîne qu’il a fondée.

Mais le phénix se doit de renaître. Il revient donc sur France 5 l’année suiv­ante où il ani­me avec un jeu télévisé inti­t­ulé 24 1/2  en référence aux 24 images/seconde du ciné­ma et aux 25 images de la télévi­sion. A par­tir de 2006, il ani­me égale­ment l’émission cul­turelle « Ça bal­ance à Paris » sur Paris Pre­mière jusqu’en 2010 où il est rem­placé à ce poste par Eric Naul­leau. Deux ans plus tard, un ami bien placé lui pro­pose un poste en or : directeur artis­tique du théâtre parisien Marigny, situé à deux pas des jardins de l’Elysée. Cet ami n’est rien moins que François Pin­ault qui pos­sède le bail du théâtre depuis 2000 via sa hold­ing Artémis. Il y a longtemps que les deux hommes se con­nais­sent : le mil­liar­daire avait déjà pro­posé au jour­nal­iste la direc­tion de la Fnac en 1996. Enfin, il suc­cède à Gilles Jacob en 2014 à la prési­dence du Fes­ti­val de Cannes.

Depuis 2014, il est chroniqueur dans l’émission C à Vous sur France 5.

Parcours militant

L’homme de médias n’a jamais caché sa sym­pa­thie pour François Hol­lande, dont il est proche depuis 2010, à l’époque où le futur can­di­dat cherche à se con­cili­er des per­son­nal­ités du monde de la cul­ture. Il le ren­con­tre par l’entremise de Bernard Cot­tin, un énar­que issu comme Hol­lande de la pro­mo­tion Voltaire, ancien directeur en charge de la coor­di­na­tion des activ­ités inter­na­tionales de Canal+ à la fin des années 90. Le courant passe et il le sou­tient ouverte­ment lors des prési­den­tielles de 2012. « Alors, quand j’ai quelque chose de ‘sagace’ à lui soumet­tre, je lui envoie un tex­to, ou j’es­saie de le voir, de préférence le week-end, où il est plus disponible » con­fi­ait-il à son endroit à l’Express en 2015.

Fort du sou­tien inaltérable d’Hollande et de celui du monde du ciné­ma, le min­istère de la Cul­ture le désigne comme son représen­tant chargé du ciné­ma au sein du con­seil d’administration du Fes­ti­val de Cannes. Un marchep­ied idéal vers la prési­dence de l’institution can­noise, car seuls les mem­bres du con­seil peu­vent pré­ten­dre à cette fonc­tion autant hon­ori­fique que pres­tigieuse. Au grand dam de Jérôme Clé­ment, fon­da­teur d’Arte, coif­fé au poteau par le fon­da­teur de Canal. Il devrait pass­er la main de la prési­dence du Fes­ti­val en 2021, en toute vraisem­blance à une femme.

Il enreg­istre en 2013 une vidéo de sou­tien pour la cam­pagne d’Anne Hidal­go à Paris en vue des munic­i­pales de 2014. Il se rend même à un meet­ing de la can­di­date le 13 mars 2014.

Combien il gagne

Le 27 mai 2020, lors de l’émission « L’Instant de Luxe », il révèle que son statut de chroniqueur sur C à Vous lui rap­porterait 8.000 euros par mois.

Publications

  • À nous la radio ! , co-écrit avec Gilles Jouan­net, Bib­lio­thèque Rose, 1980.
  • His­toire de désirs, co-écrit avec Jean-Pierre Lavoignat, Seuil, 2001 .
  • Rires, illus­trée par des pho­togra­phies de Bar­bara Alessan­dri, Le Cherche Midi, 2006.
  • In the baba, co-écrit avec Sab­ri­na Cham­p­enois, Gras­set, 2012.
  • Mar­ques et pubs cultes. Années 1940–1960, La Mar­tinière, 2014.

Collaborations

A peine élu, François Hol­lande choisit de con­fi­er à son fidèle sou­tien un rap­port sur les réformes à men­er lui con­fie la rédac­tion d’un rap­port sur l’exception cul­turelle française. Des voix émues s’élèvent aus­sitôt pour s’alarmer d’un pos­si­ble con­flits d’intérêts au vu du réseau ten­tac­u­laire dont jouit Les­cure dans le milieu cul­turel (voir § Nébuleuse).

Ce frémisse­ment ne per­turbe pas le cours des choses et après une ges­ta­tion de près d’un an, le rap­port inti­t­ulé « Acte II de l’exception cul­turelle » et sous-titré « Con­tri­bu­tion aux poli­tiques cul­turelles à l’ère numérique », se retrou­ve sur les bureaux de François Hol­lande et d’Aurélie Fil­ipet­ti, min­istre de la Cul­ture. Celui-ci pré­conise notam­ment de sup­primer Hadopi en trans­férant ses prérog­a­tives de régu­la­tion des ser­vices cul­turels au CSA et l’introduction d’une taxe de 1 % sur les smart­phones pour financer les con­tenus audiovisuels.

Devant la lev­ée de boucliers des indus­triels et des dis­trib­u­teurs, cha­cun pour des raisons dif­férentes, le rap­port n’est pas suivi d’effet. Mais il aura au moins servi à Jean-Bap­tiste Gour­din, coor­di­na­teur de la mis­sion sur l’exception cul­turelle et de fac­to bras droit de Les­cure, qui est nom­mé directeur de cab­i­net d’Olivier Schrameck, proche d’Hollande et prési­dent du CSA. Rien de plus logique lorsque l’on sait que le rap­port con­for­t­ait man­i­feste­ment le rôle de l’organe en question.

Il l’a dit

« Pour moi, LHuma, cest essen­tiel. A l’époque, cest 600 000 exem­plaires tous les matins. Pour les gens de ma généra­tion qui sintéres­saient au sport, en dehors de LEquipe, lune des meilleures rédac­tions sportives se trou­vait à LHuma. Mais c’était aus­si vrai pour la cul­ture ou les faits divers. Jai appris le jour­nal­isme comme ça. Jai aus­si la chance folle d’être dans une famille très engagée mais dénuée de tout sec­tarisme. Ça me donne le goût du jour­nal­isme », Le Monde, 14/06/2019.

« On sait que je suis plutôt de gauche, que j’étais copain avec François Hol­lande et que je suis fidèle à mes ami­tiés, même quand elles me déçoivent. Mon fran­gin est député. Donc, si je dis quoi que ce soit sur l’actualité chaude, on va dire lui, il est macronien », Ibid.

« Je suis moins dans la réflex­ion que dans l’intuition : le mot dérange les auto­proclamés rationnels. Mais, au final, l’intuition m’a très sou­vent don­né rai­son. Il est vrai que j’ai été servi par l’époque, baby-boomer par­venu à l’âge adulte à la veille de pro­grès de taille, soci­aux, poli­tiques, cul­turels, tech­nologiques. Une autoroute de pos­si­bil­ités s’ouvrait, dans laque­lle je me suis joyeuse­ment engouf­fré, sans peur du lende­main con­traire­ment à ceux qui allaient suiv­re », In the Baba, Gras­set, 2012.

Nébuleuse

Depuis 2017, il pos­sède un siège au con­seil de sur­veil­lance du mastodonte Medi­awan, un des plus puis­sants groupes audio­vi­suels européens, pro­priété con­jointe de Xavier Niel, Math­ieu Pigasse et Pierre-Antoine Cap­ton (par ailleurs pro­duc­teur de « C à Vous »).

Aux côtés de Jean-David Blanc, l’homme der­rière Allociné, il a cofon­du l’application de stream­ing Molo­tov TV.

Il démis­sionne du con­seil de sur­veil­lance d’Havas, présidé par Yan­nick Bol­loré, en 2015 suite à la dif­fu­sion de la rumeur d’une sup­pres­sion des Guig­nols de l’Info par Vin­cent Bol­loré, ce dernier s’étant hissé l’année précé­dente à la tête de Viven­di, mai­son mère de Canal+. Jusqu’en 2018, il était mem­bre du con­seil de sur­veil­lance du groupe Lagardère.

Par ailleurs, l’homme a siégé jusqu’en 2010 au con­seil de sur­veil­lance de Tech­ni­col­or, anci­en­nement Thom­son SA, une société spé­cial­isée dans la fab­ri­ca­tion de DVD et de jeux vidéos. Il a été co-dirigeant d’Audionamix, une société pio­nnière dans la sépa­ra­tion des sources sonores ayant de nom­breux clients dans les indus­tries ciné­matographiques et musicales.

Il a été est mem­bre du con­seil d’ad­min­is­tra­tion du groupe suisse Nagra Kudel­s­ki une entre­prise pro­posant des solu­tions tech­niques de stream­ing et de vidéo à la demande. C’est cette société qui four­nis­sait des décodeurs à Canal+ dans les années 1990 et assur­ait le cryptage de ses programmes.

Acces­soire­ment, sa société de pro­duc­tion de films AnnaRose n’est plus active, tout comme We Nev­er Sleep, sa société de con­seil spé­cial­isé dans la musique.

Ils ont dit

« Pierre Les­cure devient un habitué des ren­con­tres hup­pées de Sun Val­ley Media Con­fer­ence. Il s’ini­tie aux chal­lenges et aux tech­nolo­gies de demain avec les grands de ce monde dans une ambiance con­viviale: Bill Gates, Jeff Bezos, War­ren Buf­fett, Nobuyu­ki Idei… «C’est un endroit incroy­able. Tu deman­des où sont les toi­lettes, un type te répond «au fond à droite», et c’est Rupert Mur­doch.» La stratégie paie. Le Frenchie fait la une du Hol­ly­wood Reporter et de Vari­ety, et gagne le surnom de «Méga Mogul du ciné­ma», lui le fils de com­mu­nistes de Choisy-le-Roi! Et il entre dans le cer­cle très fer­mé du Van­i­ty Fair100, qui réu­nit ceux qui comptent le plus sur la planète Cinéma. À Cannes, ces liens pro­fonds noués depuis deux décen­nies avec le gotha hol­ly­woo­d­i­en fer­ont mer­veille », Les Echos, 15/05/2015.

« Créateur de l’émis­sion mythique “les Enfants du rock”, cet ancien jour­nal­iste, fou de Bashung, n’a jamais coupé le lien avec la musique. Il con­naît par coeur les intrigues et le cor­po­ratisme du monde du ciné­ma qui a assuré la prospérité de Canal+ et récipro­que­ment. Il est aus­si à l’aise avec la généra­tion Cos­ta-Gavras, Tav­ernier qu’avec les Cha­bat, Deb­bouze, Haz­anavi­cius, nés à Canal+. Viré sans ménage­ment du groupe après dix-huit années aux manettes, il est depuis 2008 le directeur artis­tique du Théâtre Marigny Autant dire qu’il a une vision panoramique et, à 67 ans, un car­net d’adress­es riche “d’une cen­taine de per­son­nes dans le cinéma [il a partagé un temps la vie de Cather­ine Deneuve], une cen­taine dans la télé, deux cents dans le théâtre, une cinquan­taine dans le jour­nal­isme, une dizaine dans l’édi­tion” — liste établie par lui-même dans son auto­bi­ogra­phie, “In the baba” (Gras­set). Sym­pa­thique, l’homme n’est pas un enfant de choeur », L’Obs, 24/04/2013.

« Pierre Les­cure a un pied partout, dans le busi­ness comme en poli­tique : par­lant à l’or­eille de Hol­lande mais salarié à Marigny de François Pin­ault, intime de Chirac ; créa­teur de Canal avec André Rous­se­let, l’an­cien directeur de cab­i­net de Mit­ter­rand, mais copain sous un autre règne de Pierre Charon, l’âme damnée de Sarkozy… “Para­doxale­ment, Les­cure était le bon choix, souf­fle un con­seiller min­istériel. Il n’y a pas mieux qu’un mec dans le système si on veut essay­er de le faire bouger », Ibid.

« En out­re, à la suite du bru­tal départ dAndré Rous­se­let, Pierre Les­cure était subite­ment propul­sé à un écras­ant niveau de respon­s­abil­ités pour lexer­ci­ce desquelles il n’était pas pré­paré, et encore moins for­mé. Saltim­banque tal­entueux, rock­er impéni­tent, il avait pris dans sa car­rière du galon à force de com­pé­tence ; grâce aus­si à lautorité recon­nue et au boucli­er pro­tecteur dincon­testa­bles patrons qui avaient nom Des­grau­pes et Rous­se­let. Il deve­nait PDG quand la chaîne don­nait pour la pre­mière fois des signes de faib­lesse. Instal­lé du jour au lende­main en pre­mière ligne, au car­refour des impi­toy­ables affron­te­ments de la poli­tique et des affaires, il navait eu, jusque-là, ni le temps ni le goût de par­courir les allées du pou­voir et dappren­dre la ges­tion dun groupe aus­si influ­ent et jalousé que Canal +. Cette inno­cence sera lexcuse de Les­cure, mais elle causera sa perte lorsque, criblé de dettes et annexé par Viven­di, Canal + bat­tra de laile à cause dun man­age­ment trop longtemps lax­iste et dacqui­si­tions ruineuses. Messier/Lescure, deux Rasti­gnac qui s’étaient décou­verts en 1994, qui chem­ineront de con­cert quelques années plus tard, et qui se déchireront avant de pass­er lun et lautre à la trappe à quelques mois dinter­valle… », Jean Belot, Etudes, décem­bre 2003.

« Les­cure est la pointe avancée des anti­au­tori­taires, des décon­trac­tés du désir, des acharnés de la jouis­sance. Trans­parence et décon­nade, délé­ga­tion et tapes dans le dos », Libéra­tion, 22/10/2001.

« Et, s’il a le culte de l’ami­tié — autour de lui, à Canal Plus, on retrou­ve six anciens de RMC, deux d’An­tenne 2 — il sait être aus­si cinglant et sans pitié. Prêt à rompre bru­tale­ment avec ceux qui ont fait défaut. Aus­si her­mé­tique qu’un sous-marin en plongée. Tous ses fam­i­liers con­nais­sent ces moments imprévis­i­bles où “Pitou” se retire de la cir­cu­la­tion. À la plage comme au bureau : rideau. Inutile d’insister », L’Express, 02/11/1984.

Pho­to : Siren-Com via Wiki­me­dia (CC BY-SA 3.0)

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Derniers articles

Ce portrait vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 100 €. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Eugénie Bastié

PORTRAIT — Née en novem­bre 1991 à Toulouse, Eugénie Bastié est jour­nal­iste au Figaro et à Causeur, rédac­trice en chef de la revue Lim­ite, et essay­iste. Elle est dev­enue une habituée des plateaux de CNews et de la chaîne Histoire.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Laurence Ferrari

PORTRAITS — Lau­rence Fer­rari, née le 5 juil­let 1966 à Aix-les-Bains (Savoie). Fille de Gra­tien Fer­rari, maire d’Aix-les-Bains de 1987 — 1995, député RPR de la Savoie de mars 1986 à mai 1988 et de mars 1993 à avril 1997 député de la Savoie (pre­mière cir­con­scrip­tion), UDF-AD.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Charline Vanhoenacker

PORTRAIT — Jour­nal­iste, ani­ma­trice et pro­duc­trice, Char­line Van­hoe­nack­er est dev­enue le fer de lance de l’hu­mour autorisé sur France Inter, un humour hard dis­count, avec force gags facile con­tre les con­cur­rents des chaînes privées et les opposants désignés par la bien-pensance.