Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Lauren Bastide

26 juin 2019

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Portraits | Lauren Bastide

Lauren Bastide

Militante pour la visibilité des femmes

Née à Orléans le 30 octobre 1980, Lauren Bastide est une journaliste et animatrice désormais connue pour son podcast féministe « La Poudre ».

La jour­nal­iste nait le 30 octo­bre 1980 à Orléans. Très dis­crète sur sa vie privée, il n’existe que peu d’informations sur son enfance. Elle déclare toute­fois avoir gran­di dans une famille val­orisant l’indépendance et le tra­vail des femmes. Elle est elle-même désor­mais mère de famille, ce dont elle a fait occa­sion­nelle­ment un engage­ment mil­i­tant, avec notam­ment une tri­bune coécrite avec l’auteur fémin­iste Titiou Lecocq et pub­liée dans Libéra­tion déplo­rant qu’on « cul­pa­bilise les femmes » qui don­nent le biberon ».

Elle réalise son rêve d’adolescente en entrant en 2005 dans la rédac­tion du mag­a­zine Elle en tant que pigiste. Elle devient quelques années plus tard en 2011 grand reporter, puis finale­ment en 2013 rédac­trice en chef du mag­a­zine. Durant ses dix ans de car­rière chez Elle, elle crée avec Sophie Fontanel dai­lyELLE.

C’est toute­fois le virage qu’elle prend vers le petit écran qui lui vaut son suc­cès. Elle devient en effet en 2015 chroniqueuse au « Grand Jour­nal ». Elle quitte l’émission suite aux remaniements de Vin­cent Bol­loré pour créer sa pro­pre émis­sion en podcast.

Pour ce faire, elle crée avec Julien Neuville « Nou­velles Ecoutes », un stu­dio indépen­dant de pro­duc­tion de pod­casts et lance le pod­cast fémin­iste « La Poudre », une série d’interviews intimistes de femmes célèbres.

Elle se définit elle-même comme une mil­i­tante fémin­iste, et recon­naît avoir été forte­ment influ­encée par le fémin­isme inter­sec­tion­nel : « Le fémin­isme que je défends est anti-colo­nial­iste, anti-cap­i­tal­iste, anti-raciste, il ne s’envisage pas sans lutte pour les droits des per­son­nes hand­i­capées, sans égal­ité pour toutes les per­son­nes LGBTQ. Bref il est rad­i­cal et révo­lu­tion­naire ! » (« Ren­con­tre avec Lau­ren Bastide, fémin­iste jusqu’au bout des ondes », Clé­ment Arbrun, ANous­Paris).

Formation

Après une hypokhâgne, Lau­ren Bastide entre en 2000 à l’Institut d’études poli­tiques de Stras­bourg, avec une spé­cial­i­sa­tion en rela­tions et affaires inter­na­tionales. Elle entre en 2002 au Cen­tre de For­ma­tion des Jour­nal­istes pour se for­mer en tant que jour­nal­iste pour la presse écrite.

Diplômée du CFJ en 2005, elle reprend des études en 2016. Elle obtient suite à cela en 2017 un Mas­ter 1 en études de genre, spé­cial­isé en soci­olo­gie, his­toire et poli­tique à l’Université Paris 8.

Parcours professionnel

Son par­cours pro­fes­sion­nel com­mence par les stages req­uis par sa for­ma­tion au Cen­tre de For­ma­tion des Jour­nal­istes, qu’elle effectue au Cour­ri­er inter­na­tion­al, à l’agence de presse Reuters et au quo­ti­di­en Le Monde.

D’abord pigiste pour des media papiers, Lau­ren Bastide se posi­tionne d’emblée sur le créneau de la mode fémi­nine, avec des par­tic­i­pa­tions à des mag­a­zines à forte dimen­sion qual­i­ta­tive et artis­tique. Elle écrit ain­si de 2009 à 2011 pour le bi-annuel Lurve Mag­a­zine, spé­cial­isé sur la mode et la pho­togra­phie, puis de 2012 à 2014 pour Anti­dote Mag­a­zine, mag­a­zine de mode lui-même conçu comme un objet artistique.

Elle par­ticipe au jour­nal Elle Mag­a­zine durant plus de 9 ans. Elle est d’abord pigiste, de 2005 à 2011, puis devient en 2011 grand reporter pour le mag­a­zine. Elle obtient finale­ment en 2013 le poste de rédac­trice en chef, qu’elle assure jusqu’en avril 2015. Durant son pas­sage chez Elle Mag­a­zine, elle crée et conçoit avec Sophie Fontanel entre 2012 et 2015 pour le média un site web dédié à l’actualité de la mode, dailyELLE.fr, dont elle assure égale­ment la pro­mo­tion sur les réseaux soci­aux (vidéo Elle du 23 jan­vi­er 2013).

Elle com­mence sa car­rière télévi­suelle en par­al­lèle de son poste chez Elle Mag­a­zine, en tant que chroniqueuse pour « Le Grand 8 » de Lau­rence Fer­rari sur la chaîne du groupe Canal, D8. Ses chroniques heb­do­madaires, qu’elle assure de 2012 à 2014, por­tent sur l’actualité mode de la semaine.

Elle devient ensuite, en 2015, chroniqueuse pour « Le Grand Jour­nal » de Canal +. C’est Renaud Le Van Kim, pro­duc­teur his­torique de l’émission, qui la recrute. Cette tran­si­tion vers le petit écran lui assure un suc­cès nation­al. Elle recon­naî­tra par la suite avoir très mal vécu cette expéri­ence suite au remaniement de l’émission voulue par Vin­cent Bol­loré action­naire majori­taire du groupe Viven­di, qui avait alors racheté la chaîne (« Lau­ren Bastide racon­te son année d’enfer au « Grand Jour­nal », Alexan­dre Comte pour Les Inrock­upt­ibles, arti­cle pub­lié le 01 novem­bre 2016). Vin­cent Bol­loré licen­cie finale­ment Maïte­na Biraben tan­dis que Lau­ren Bastide, elle, aurait elle-même choisi de quit­ter la chaîne. La jour­nal­iste con­teste par con­tre les rumeurs d’un désac­cord entre l’animatrice et elle.

Elle lance en décem­bre 2016 sa pro­pre émis­sion fémin­iste en pod­cast, « La Poudre ». Pour ce faire, elle crée avec Julien Neuville « Nou­velles Ecoutes », un stu­dio indépen­dant de pro­duc­tion de pod­casts, dont elle assure la prési­dence. L’émission, dif­fusée tous les quinze jours, ques­tionne la manière dont les femmes de notre siè­cle ont été mar­quées par la société dans laque­lle elles ont gran­di et évolué. Lau­ren Bastide reçoit ain­si à chaque émis­sion une nou­velle femme artiste, activiste, poli­tique, dans une cham­bre d’hôtel pour une con­ver­sa­tion per­son­nelle et intime sur son enfance, sa car­rière et ses combats.

A tra­vers le tra­vail du stu­dio Nou­velles Écoutes, Lau­ren Bastide a ain­si dévelop­pé une activ­ité de pro­duc­trice, puisque le stu­dio s’est diver­si­fié dans la pro­duc­tion d’autres émis­sions sur des sujets divers, et pro­pose égale­ment l’accompagnement des entre­pris­es dans des pro­jets de « brand content ».

Elle se recen­tre ain­si sur le for­mat radio. Le suc­cès de son pod­cast lui vaut d’être invitée durant l’été 2017 à ani­mer une émis­sion sur France Inter, « Les Savantes », sur le même mod­èle que son pod­cast puisqu’il s’agit d’interview de femmes expertes dans leur domaine (« Tout l’été, Lau­ren Bastide invite des femmes savantes à son micro », Cheek Mag­a­zine, pub­lié le 13 juil­let 2017).

Parcours militant

Mil­i­tante fémin­iste assumée, Lau­ren Bastide a fait de l’égalité pro­fes­sion­nelle femmes – hommes au sein des rédac­tions son cheval de bataille. Elle devient porte-parole de Prenons la Une, col­lec­tif qui sen­si­bilise à la faible représen­ta­tion des femmes dans les rédac­tions et qu’elle rejoint en 2014. A par­tir de 2018, le col­lec­tif se mue en asso­ci­a­tion et ajoute une corde à son arc ; la défense des jour­nal­istes subis­sant du har­cèle­ment dans leur vie professionnelle.

Pour mieux se for­mer aux ques­tions fémin­istes, elle retourne à l’université en 2016 pour se for­mer en études de genre. Son mémoire est dédié aux ques­tions de représen­ta­tion, notam­ment des femmes non blanch­es, dans la presse fémi­nine. Elle défend en effet un fémin­isme inclusif et inter­sec­tion­nel, s’étant elle-même intéressée aux ques­tions fémin­istes à tra­vers la lec­ture d’auteurs afro-féministes.

Elle milite plus glob­ale­ment pour une meilleure vis­i­bil­ité des femmes dans l’espace pub­lic, ain­si qu’elle l’explique dans une vidéo Brut pub­liée le 28 novem­bre 2018 et rapi­de­ment dev­enue virale avec plus de 30 000 vues en juin 2019. Elle y souligne que sur une journée entière de médias tous con­fon­dus, les femmes n’occupent que 24% du temps médi­a­tique. Elle cri­tique égale­ment le manque de diver­sité des femmes représen­tées : « Plus on va dans la dis­crim­i­na­tion, plus on cumule, finale­ment, de critères dis­crim­i­nants, moins on a de chance de se voir représen­ter dans les médias, explique-t-elle. Je me suis ren­du compte que cette invis­i­bil­i­sa­tion médi­a­tique, on la retrou­vait dans la plu­part des champs de pro­duc­tion, de con­nais­sance et de pen­sée. On va la retrou­ver dans l’art, la poli­tique, la lit­téra­ture, la recherche, la sci­ence et dans l’histoire. ». Elle y expose enfin le con­cept fémin­iste de « man­ter­rupt­ing » ou « mansplain­ing », selon lequel les hommes auraient l’habitude de con­damn­er les femmes au silence par leur atti­tude (déri­sion, min­imi­sa­tion des pro­pos…), voire en inter­rompant leur pro­pos ou en leur expli­quant ce qu’elle voulait dire à leur place.

Elle ani­me d’octobre 2018 à mai 2019 au Car­reau du Tem­ple un cycle de ren­con­tres-con­férences inti­t­ulé Présen.t.e.s. Un jeu­di par mois, elle reçoit un invité dif­férent pour dis­cuter de la place des femmes dans l’espace public.

Publications

Lau­ren Bastide pub­lie en octo­bre 2017 avec Jeanne Damas, A Paris, aux édi­tions Gras­set. L’ouvrage pro­pose vingt por­traits de Parisi­ennes aux pro­fils et de quartiers dif­férents, for­mant ain­si une forme d’éloge poé­tique et intime de la femme parisi­enne. Il se con­clut avec les bonnes adress­es parisi­ennes des deux auteurs.

Collaborations

Elle crée en décem­bre 2016 avec Julien Neuville, ancien reporter pour Le Monde, M le mag­a­zine du Monde, L’Equipe et GQ, Nou­velles Écoutes, un stu­dio de pro­duc­tion de pod­casts. Celui-ci pro­duit dès sa créa­tion l’émission fémin­iste de Lau­ren Bastide, « La Poudre », mais pas seule­ment. Le stu­dio pro­duit autant des émis­sions sportives (« Ban­quette »), culi­naires (« Bouf­fons »), ou encore économiques (« Splash »), artis­tiques (« Pri­mo ») et cul­turelles (« Vieille Branche »), que fémin­istes (« La Poudre », « Quoi de Meuf ? ») ou LGBT (« Quouïr »).

Ce qu’elle gagne

Non con­nu.

Sa nébuleuse

Sophie Fontanel : jour­nal­iste et auteur, elle se fait con­naître comme rédac­trice en chef adjointe de Cos­mopoli­tan, puis comme grand reporter pour Elle. Elle monte avec Lau­ren Bastide dail­lyELLE, quo­ti­di­en de la mode sur le web.

Julien Neuville : grand reporter pour Le Monde, M le mag­a­zine du Monde, L’Equipe et GQ, il a créé avec Lau­ren Bastide en 2016 le stu­dio Nou­velles Ecoutes, pour pro­duire des pod­casts et accom­pa­g­n­er les entre­pris­es dans la créa­tion de brand con­tent. Le stu­dio se lance avec deux émis­sions, « La Poudre », pod­cast fémin­iste de Lau­ren Bastide, et une émis­sion de Julien Neuville, « Banquette ».

Jeanne Damas : créa­trice de mode, man­nequin et influ­enceuse, elle est notam­ment con­nue via le blog de mode qu’elle ani­me. Elle crée en 2016 sa pro­pre mar­que, Rou­je. Elle coécrit avec Lau­ren Bastide A Paris, une série de vingt por­traits de parisi­ennes. Les deux femmes se ren­con­trent par hasard au défilé Jacque­mus. Alors incon­nues l’une de l’autre, elles sont pho­tographiées ensem­ble. C’est Jeanne Damas qui retrou­ve la pho­to sur Insta­gram et cherche l’identité de Lau­ren Bastide. Quelques années plus tard, elle l’appelle pour par­ticiper à son pro­jet de livre.

Elle l’a dit

Sur l’attitude de Maïte­na Biraben, ani­ma­trice du « Grand Jour­nal » alors qu’elle-même y était chroniqueuse, face à la pres­sion exer­cée sur l’émission après le rachat de Canal par Vin­cent Bol­loré : « Pen­dant toute cette année, j’ai ressen­ti une pro­fonde empathie pour Maïte­na. Je me dis­ais : « Putain, la meuf, elle tient ». Elle fait son émis­sion tous les soirs, tous les matins on lui reproche quelque chose, mais elle y retourne. Alors que ça devait être insouten­able : une pres­sion qui vient du dessus, des côtés, de l’intérieur, de l’extérieur… Moi qui suis fémin­iste, je con­sid­ère qu’on lui a mis des bâtons dans les roues parce que c’était la pre­mière femme qui tenait ce poste. J’étais vrai­ment vénère de tout ce qu’on déver­sait sur elle ». (« Lau­ren Bastide racon­te son année d’enfer au « Grand Jour­nal », Alexan­dre Comte pour Les Inrock­upt­ibles, arti­cle pub­lié le 01 novem­bre 2016).

« Le mag­a­zine ELLE m’a for­mée, il a fait la jour­nal­iste que je suis aujourd’hui, mais au fil des années, j’ai pris con­science que les lignes du fémin­isme bougeaient et qu’on ne pou­vait pas se con­tenter de faire ce qu’on avait tou­jours fait. Je ne me recon­nais plus dans le “nous” cen­sé représen­ter toutes les femmes, et c’est la plu­ral­ité de ce “nous” que je veux inter­roger dans « La Poudre », en m’intéressant à l’afroféminisme et l’intersectionnalité, par exem­ple » (Inter­view don­née à Myr­i­am Lev­ain pour ChEEk Mag­a­zine, pub­liée le 15 novem­bre 2016).

Sur ses inspi­ra­tions dans la créa­tion de son pod­cast « La Poudre » : « Mon envie provient de « Radio­scopie » de Jacques Chan­cel dans les années 60. Je suis tombée sur des émis­sions avec Brigitte Bar­dot, Arlet­ty, Simone Veil, Françoise Giroud, toutes ces icônes de mon pan­théon per­son­nel. Cela avait une autre gueule à l’époque avec cette forme d’élégance et de pudeur où l’on ne coupe pas la parole, où l’on respecte les silences. Le rythme est beau­coup plus lent. On est loin du ton fréné­tique de la généra­tion Cyril Hanouna ». (Inter­view don­née à David Her­man pour Say Who et pub­liée le 05 jan­vi­er 2017).

Sur l’ambiance intimiste de son pod­cast « La Poudre » : « D’abord, les inter­views se passent dans une cham­bre d’hôtel, et c’est délibéré. On se retrou­ve dans un espace con­finé et neu­tre, à la fois imper­son­nel et fam­i­li­er. Ensuite le pod­cast réclame une pro­duc­tion légère, moi et mon micro, sans con­traintes de maquil­lage ou de caméras. Con­traire­ment à la télé, ma démarche est plus « nue », d’autant que la mise en ligne se fait qua­si­ment à l’état brut. Et puis on prend le temps, une heure avec des ques­tions sur l’enfance, sur les moments clés qui for­gent une vie. Mes invitées con­fient des choses très intimes, elles se font du bien. A la fin, on se prend dans les bras et elles me remer­cient qua­si-sys­té­ma­tique­ment. » (Inter­view don­née à David Her­man pour Say Who et pub­liée le 05 jan­vi­er 2017).

« Pour moi, l’ob­sta­cle prin­ci­pal à l’é­gal­ité entre les sex­es est celui des croy­ances (« les femmes ne sont pas faites pour les math­é­ma­tiques ») et des représen­ta­tions — il n’y a eu qu’une seule femme Prix Nobel d’é­conomie. » (« « Les Savantes » sur France Inter : un micro ten­du aux femmes qui savent », Car­ole Lefrançois, Tel­era­ma, pub­lié le 18 août 2017).

« Je me suis tou­jours con­sid­érée comme fémin­iste. Mes par­ents m’ont trans­mis l’idée qu’il est très impor­tant qu’une femme tra­vaille, soit indépen­dante. Iels m’ont élevée en me dis­ant que je pou­vais tout faire, que rien ne m’était fer­mé. Après, comme beau­coup, j’étais plutôt une fémin­iste light, c’est-à-dire que je n’avais pas lu de théorie, et pas com­pris tous les enjeux con­cer­nant les femmes moins priv­ilégiées que moi. Il y a deux moments en par­ti­c­uli­er qui m’ont ouvert les yeux. D’abord, quand je tra­vail­lais au Elle, des col­lec­tifs de femmes noires et con­tre la grosso­pho­bie m’ont inter­pel­lée plusieurs fois. Elles m’ont fait réalis­er que le jour­nal représen­tait une uni­formi­sa­tion des femmes et por­tait un mes­sage uni­ver­sal­iste, qui est en fait dis­crim­i­nant pour beau­coup de femmes. J’ai donc com­mencé à m’intéresser aux autri­ces afrofémin­istes. En fait, c’est l’afroféminisme qui m’a amenée à explor­er la théorie fémin­iste en général. Et puis, il y a eu ce jour où j’ai décou­vert que seule­ment 24 % du temps de parole était accordé aux femmes chaque jour dans les médias en France. Ce chiffre m’a estom­aquée et m’a don­né envie d’être plus mil­i­tante et vin­dica­tive. Mon fémin­isme est très axé sur la ques­tion de la représen­ta­tion, car c’est là-dessus que j’ai été inter­pel­lée et que j’essaie d’agir. » (« Lau­ren Bastide : « je n’en peux plus qu’on inter­rompe les femmes à chaque phrase », Inter­view accordée à Roseaux, pub­lié le 26 sep­tem­bre 2018).

« L’invisibilisation des femmes, c’est le fait que les vécus des femmes, les paroles des femmes, les pen­sées des femmes, le tra­vail des femmes soient glob­ale­ment occultés, ‘silen­ciés’ dans l’espace pub­lic. Le pre­mier lieu où l’invisibilisation des femmes m’a frap­pée, c’est les médias. Un beau jour, je suis tombée sur ce chiffre qui est issu d’une étude qui s’appelle le Glob­al Media Mon­i­tor­ing Project. Le chiffre est le suiv­ant: les voix des femmes sur une journée entière de médias, tous con­fon­dus, ne représen­tent que 24% du temps médi­a­tique. » Vidéo Brut pub­liée le 28 novem­bre 2018.

« Le fémin­isme que je défends est anti-colo­nial­iste, anti-cap­i­tal­iste, anti-raciste, il ne s’envisage pas sans lutte pour les droits des per­son­nes hand­i­capées, sans égal­ité pour toutes les per­son­nes LGBTQ. Bref il est rad­i­cal et révo­lu­tion­naire ! » (« Ren­con­tre avec Lau­ren Bastide, fémin­iste jusqu’au bout des ondes », Clé­ment Arbrun, ANous­Paris).

On a dit à son sujet

« Quand je l’ai con­nue, on dis­ait tou­jours (moi la pre­mière), qu’elle ressem­blait à Brigitte Bar­dot […]. Je crois que la télé a démoli en elle tout désir d’être « la belle blonde, la jolie fille du moment » ». Sophie Fontanel, citée dans « Lau­ren Bastide, femme de paroles, par Célia Héron, pub­lié le 12 jan­vi­er 2018 sur Le Temps.

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.