Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Playboy : grandeur, décadence, renaissance

12 juillet 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Playboy : grandeur, décadence, renaissance

Playboy : grandeur, décadence, renaissance

1953, Chicago, Hugh Hefner lance son mensuel avec Marilyn Monroe en couverture. Presque 70 ans plus tard, comme un signe des temps, l’édition papier a disparu remplacée par une chaîne de télévision.

L’heure de gloire Playboy France

Curieuse­ment l’édition française est lancée à la fin des trente glo­rieuses en 1973, comme si la libéra­tion des mœurs rem­plaçait la prospérité économique, avec Daniel Fil­i­pac­chi aux com­man­des. La présence en cou­ver­ture de Romy Schnei­der, Marie-France Pisi­er, Brigitte Fos­sey et celle de la play­mate du mois en pleine page (plus quelques com­pagnes savam­ment dévêtues) assur­era le suc­cès de la for­mule. La revue chang­era plusieurs fois d’éditeur et de paru­tion : men­su­el, bimestriel, enfin trimestriel. Le covid 19 sem­ble avoir été fatal aux petits lap­ins qui peu­plaient le jour­nal, puisque le dernier numéro est paru en mars 2020.

Vint Playboy TV

Pour voir Play­boy TV vous devrez béné­fici­er d’un abon­nement chez Free et il vous fau­dra patien­ter jusqu’à 22h30 pour regarder la chaîne (avec un pro­gramme de pro­tec­tion parentale). Vous pour­rez ensuite y pass­er la nuit, les émis­sions se ter­mi­nant à 5h du matin. Vous serez alors en com­pag­nie de Kari­na, Mari­na, Lucie, Angel­i­ca, Car­o­line (pro­gramme « un jour avec » ; vous vivrez au rythme des saisons avec Tem­pête d’été ou Bain d’hiver, sans par­ler du Pink kiss (bais­er rose). Le tout en anglais, mais la tra­duc­tion n’est sans doute pas absol­u­ment indis­pens­able. L’auteur de ces lignes ne dis­posant pas de Free, n’a pas pu tester les pro­grammes et assure que cet arti­cle est dépourvu de toute pub­lic­ité.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).