Accueil | Actualités | Médias | Nuit Debout : silence médiatique après l’agression des Veilleurs et du reporter de TVL
Pub­lié le 10 juin 2016 | Éti­quettes :

Nuit Debout : silence médiatique après l’agression des Veilleurs et du reporter de TVL

Mercredi 8 juin, les participants du mouvement « Nuit Debout » ont à nouveau fait preuve de leur ouverture d'esprit.

Alors que les « Veilleurs », mouvement issu de la Manif pour Tous, comptaient se rendre sur la place de la République, occupée par les « nuitdeboutistes » depuis le mois de mars, ces derniers ont été vigoureusement éloignés. Ils se sont alors déplacés sur un pont du canal Saint-Martin afin de faire leur veillée.

Pendant qu'ils se lançaient dans une réflexion sur la phrase du philosophe Emmanuel Mounier, « tout travail travaille à faire un homme en même temps qu'à faire une chose », des militants d'extrême-gauche les ont rapidement repérés avant de les prendre à nouveau à partie. Des insultes et des coups ont été portés à l'encontre des Veilleurs pacifiques, parfois à l'aide de barre de fer, de poings américains et de matraques, le tout au cri du traditionnel « Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos ».

Parmi eux, des journalistes ont également été frappés. Un journaliste du Figaro mais aussi une équipe de TV Libertés, venue filmer l'événement. Frappé au visage et jeté à terre, le reporter de TVL a été sommé d'arrêter de filmer. Son matériel a été cassé et on a tenté de lui dérober les images tournées.

« En avez-vous entendu parler dans la presse ? Avez-vous écouté une déclaration de Manuel Valls ou de Bernard Cazeneuve s'indignant de ces violentes attaques contre la liberté de manifester et la liberté d"informer ? », s'indigne Philippe Milliau, patron de TV Libertés lassé de ce deux-poids-deux-mesures qui varie en fonction de la couleur politique des victimes et des agresseurs. Et de s'interroger : « Devons-nous attendre qu'un journaliste de TV Libertés ou de la réinformation soit lynché à mort par ces nouveaux barbares, pour avoir simplement voulu faire son travail ? »

Mais TVL ne compte pas renoncer pour autant à sa mission de réinformation. D'ores et déjà, M. Millau a lancé un appel aux dons afin de racheter le matériel détruit et, surtout, de réaliser différents reportages, sur les Veilleurs bien-sûr mais aussi sur les casseurs.

Plus d'informations sur le site de TV Libertés

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux