Accueil | Actualités | Médias | Médias : Sarkozy et ses caméras bidon
Pub­lié le 19 mars 2013 | Éti­quettes :

Médias : Sarkozy et ses caméras bidon

Dans son dernier livre, Une femme au cœur du pouvoir de l’État (Plon, 2013), Michèle Alliot-Marie révèle que Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, se serait entouré de fausses caméras pour amplifier l’image de l’intérêt que lui portent les médias.

Le Canard Enchaîné et Le Lab d’Europe 1, qui ont lu le livre en question, relatent ce passage : « Avant son élection en 2007, je voyais toujours Nicolas Sarkozy arriver entouré d'une nuée de caméras. Certaines portaient les sigles de TF1, France 2, etc., mais d'autres étaient sans marque. Ces caméras, placées par le cabinet même de Nicolas Sarkozy, étaient destinées à véhiculer une image de futur président qui monopolise l'intérêt des médias. »

L’ancienne ministre de l’Intérieur, qui avait succédé à Sarkozy en 2007, déplore le « côté artificiel, voire mensonger » des campagnes politiques. Et celle-ci d’ajouter : « Tous ces petits jeux font partie de la communication politique, de ce côté 'fabriqué'. »

Rappelons que Michèle Alliot-Marie n’a pas hésité, elle non plus, à céder à ces campagnes politiques « artificielles » et « mensongères ». En décembre 2005, elle visitait en effet officiellement un centre d’insertion de la Défense à Montlhéry, structure qu’elle avait elle-même contribué à créer mais dont on déplorait le manque de moyens. Sous les crépitements des appareils photo, celle qui était alors ministre de la Défense se promenait au milieu d’ordinateurs flambant neuf. Mais le Canard enchaîné avait révélé qu’à peine les projecteurs éteints, une société de location d’ordinateurs avait récupéré toutes les machines, prêtées ou louées le temps de la visite. Madame la ministre avait en effet exigé que la salle du centre d’insertion regorge d’ordinateurs pour donner l’illusion des moyens « mis en œuvre ». Faux ordinateurs contre fausses caméras : une manipulation vaut l’autre ! Mais après tout, « ces petits jeux font partie de la communication politique », n’est-ce pas.

Crédit photo : capture d'écran fr.news.yahoo.com

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.