Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médias : Sarkozy et ses caméras bidon
Publié le 

19 mars 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Médias : Sarkozy et ses caméras bidon

Médias : Sarkozy et ses caméras bidon

Dans son dernier livre, Une femme au cœur du pouvoir de l’État (Plon, 2013), Michèle Alliot-Marie révèle que Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, se serait entouré de fausses caméras pour amplifier l’image de l’intérêt que lui portent les médias.

Le Canard Enchaîné et Le Lab d’Europe 1, qui ont lu le livre en ques­tion, rela­tent ce pas­sage : « Avant son élec­tion en 2007, je voy­ais tou­jours Nico­las Sarkozy arriv­er entouré d’une nuée de caméras. Cer­taines por­taient les sigles de TF1, France 2, etc., mais d’autres étaient sans mar­que. Ces caméras, placées par le cab­i­net même de Nico­las Sarkozy, étaient des­tinées à véhiculer une image de futur prési­dent qui monop­o­lise l’in­térêt des médias. »

L’ancienne min­istre de l’Intérieur, qui avait suc­cédé à Sarkozy en 2007, déplore le « côté arti­fi­ciel, voire men­songer » des cam­pagnes poli­tiques. Et celle-ci d’ajouter : « Tous ces petits jeux font par­tie de la com­mu­ni­ca­tion poli­tique, de ce côté ‘fab­riqué’. »

Rap­pelons que Michèle Alliot-Marie n’a pas hésité, elle non plus, à céder à ces cam­pagnes poli­tiques « arti­fi­cielles » et « men­songères ». En décem­bre 2005, elle vis­i­tait en effet offi­cielle­ment un cen­tre d’insertion de la Défense à Montl­héry, struc­ture qu’elle avait elle-même con­tribué à créer mais dont on déplo­rait le manque de moyens. Sous les crépite­ments des appareils pho­to, celle qui était alors min­istre de la Défense se prom­e­nait au milieu d’ordinateurs flam­bant neuf. Mais le Canard enchaîné avait révélé qu’à peine les pro­jecteurs éteints, une société de loca­tion d’ordinateurs avait récupéré toutes les machines, prêtées ou louées le temps de la vis­ite. Madame la min­istre avait en effet exigé que la salle du cen­tre d’insertion regorge d’ordinateurs pour don­ner l’illusion des moyens « mis en œuvre ». Faux ordi­na­teurs con­tre fauss­es caméras : une manip­u­la­tion vaut l’autre ! Mais après tout, « ces petits jeux font par­tie de la com­mu­ni­ca­tion poli­tique », n’est-ce pas.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran fr.news.yahoo.com

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision