Accueil | Actualités | Médias | Manif pro-Gaza : des journalistes bousculés, Boniface menacé
Pub­lié le 30 juillet 2014 | Éti­quettes :

Manif pro-Gaza : des journalistes bousculés, Boniface menacé

En marge des manifestations pro-palestiniennes qui ont eu lieu un peu partout sur le territoire, des débordements parfois graves sont à déplorer.

Samedi 26 juillet, i>Télé s'est dit victime d'une agression de la part des manifestants. « J'ai été poussée, et notre caméra et nos micros ont été cassés. Des personnes s'en sont pris à nous. Le caméraman a été pris à partie, et on m'a violemment poussée. Nous avons aussi reçu des lacrymos », a raconté la journaliste en direct après les faits.

Par ailleurs, le géopolitologue Pascal Boniface, ancien collaborateur du Nouvel Obs et aujourd'hui éditorialiste pour La Croix, a été insulté et menacé par un militant sioniste. « Il n’y a pas eu d’agression physique, on ne m’a pas roué de coups. Un individu m’a abreuvé d’insultes, m’a promis plusieurs mauvais traitements, allant jusqu’à me crever les yeux, en me traitant d’antisémite, en me disant que j’étais payé par les Arabes... Il m’a fait différentes menaces plus sordides les unes que les autres. Et il a conclut en me disant qu’il avait mon adresse et qu’il allait revenir pour me butter avec ses copains de la LDJ », a expliqué le directeur de l'IRIS à SaphirNews.

« Cela fait déjà trois ou quatre fois que cette personne est venue m’insulter et me menacer en 10 ans », indique-t-il. Cette fois, « j’ai considéré que les menaces étaient encore plus importantes et précises. Donc j’ai décidé d’aller porter plainte, pour protéger l’avenir. » Photo en main, celui-ci a aussitôt été déposer plainte auprès du commissariat du 11e arrondissement pour « menaces de mort réitérées ».

« J’espère que la police fera preuve de la même sévérité qu’elle saura faire preuve en d’autres occasions. Sinon, je me poserai des questions sur mon statut de citoyen », a-t-il poursuivi avant de conclure en soulignant que « ceux qui critiquent mes positions auraient au moins pu condamner ce type de déclarations, mais j’attends encore »...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux