Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
<span class="dquo">«</span> M Le Magazine » du Monde, une plaquette publicitaire

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

11 juillet 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | « M Le Magazine » du Monde, une plaquette publicitaire

« M Le Magazine » du Monde, une plaquette publicitaire

Temps de lecture : 3 minutes

Pourquoi faire un magazine en fin de semaine pour un quotidien ? Pour la publicité pardi ! Suivant l’exemple du Figaro Magazine, véritable portfolio publicitaire, Le Monde du trio BNP (Bergé-Niel-Pigasse) nous vante la consommation néo-libérale, riche … et engagée branchouille sur le plan sociétal.

Prenons le numéro du same­di 20 juin 2015, 108 pages cou­ver­tures inclus­es. 17 pages de pub­lic­ité directe pour les damnés de la terre : Her­més, Dior, Omega, (avec Georges Clooney qui fait une infidél­ité à Nespres­so), Renault Kad­jar (« Vivez plus fort »), Jaguar. Mais plus intéres­santes sont les pages de pub­lic­ité semi-cachée, cam­ou­flée ou car­ré­ment présen­tées comme faisant par­tie du corps du magazine.

Les pages 73 à 76 sont autant de pub­lic­ités cam­ou­flées en faveur de mara­cons, de gants et d’outils de jardin, d’un fes­ti­val, d’un livre d’artiste (qui fait aus­si des pyja­mas…). La page 77 en faveur de l’office du tourisme espag­nol est iden­ti­fiée comme pub­lic­ité ce qui n’est pas le cas des pages 88 et 89 en faveur de l’office du tourisme estonien. De char­mants éphèbes androg­y­nes présen­tent leurs atours de la page 80 à 85 avec iden­ti­fi­ca­tion des mar­ques mais sans men­tion­ner pub­lic­ité comme dans les mag­a­zines féminins. Les pages 86 (salons de jardin), 87 (arti­cles de jardin), 91 (livre sur les jardins), 92 (restau­rant), 93 (restau­rant et vins), 106 (fes­ti­val) sont autant de pub­lic­ités déguisées. Il y a doute pour les pages 98 à 103 où l’on hésite entre la cri­tique cul­turelle et le mes­sage pro­mo­tion­nel. Il n’y a par con­tre aucun doute sur la page 90 où un pseu­do arti­cle sur une Harley David­son pour femmes « Jantes féminines » est un mon­u­ment pub­lic­i­taire, le nom de la mar­que est indiqué en tout petit en bas à droite et en ver­ti­cal ce qui per­met de sig­naler que l’article est une com­mande… pour ceux qui ont de bons yeux et de la curiosité.

Sinon vous pour­rez appren­dre que « l’esprit de com­péti­tion dans les lycées de Palo-Alto c’est mal », que pour la pre­mière fois un « trou­ple » soit un cou­ple à trois (deux les­bi­ennes, un homo­sex­uel – avec enfant s’il vous plaît) a été recon­nu par un tri­bunal en Argen­tine, qu’en Alle­magne « de nom­breuses paroiss­es four­nissent sou­tien et abri aux sans-papiers », que l’on peut cul­tiv­er son cannabis à la mai­son grâce à un matériel adap­té, que le voisin français d’origine arabe a « réparé la bar­rière du retraité de chez Renault » car « on est tous égaux devant la météo ». Tout le prêt à penser du bobo branché… et riche.