Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Liberté Politique, bientôt cent numéros !

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

12 mai 2023

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Liberté Politique, bientôt cent numéros !

Liberté Politique, bientôt cent numéros !

Temps de lecture : 4 minutes

Au milieu de la jungle des revues, certaines survivent étonnement bien. C’est le cas de « Liberté Politique », émanation de l‘association pour la Fondation de Service Politique. Une revue qui en est déjà à son numéro 95 et qui poursuit sa route après plus d’un quart de siècle d’histoire.

Une revue qui prend son temps

Le pre­mier numéro de Lib­erté Poli­tique a vu le jour au print­emps 1997 avec une ques­tion tou­jours d’actualité : « L’Europe est-elle encore notre avenir ? ». Dès ce lance­ment, la paru­tion est trimestrielle et le for­mat laisse la place au développe­ment des idées et à la diver­sité des inter­venants. Revue dirigée par des laïcs catholiques, Lib­erté Poli­tique se pro­pose néan­moins d’envisager des ques­tions plus générales, comme la place de l’État dans la société, la place du tra­vail ou encore la démo­gra­phie et l’immigration. Les thèmes plus religieux et de bioéthiques ont évidem­ment une place dans ces pub­li­ca­tions. La revue a suivi un mod­èle assez sim­i­laire depuis sa créa­tion il y a 26 ans avec un dossier thé­ma­tique suivi d’éléments d’actualité ou d’opinion et enfin des recen­sions d’ouvrages.

Dès les pre­miers numéros, on retrou­ve la sig­na­ture de per­son­nal­ités du milieu catholique tou­jours act­ifs aujourd’hui comme Tug­dual Derville, délégué général de l’alliance Vita (un mou­ve­ment pro-vie) ou encore le directeur de pub­li­ca­tion du site Le Salon Beige Guil­laume de Thieulloy.

La mar­que de fab­rique de la revue repose sur la diver­sité des con­tribu­teurs et la lib­erté don­née à ceux-ci dans le traite­ment des sujets, d’où des arti­cles par­fois longs per­me­t­tant d’approfondir les notions envisagées.

Le modèle associatif comme vecteur de longévité

En pleine crise de la presse, les revues asso­cia­tives résis­tent assez bien. En n’étant pas entière­ment dépen­dant de la vente mais en se reposant sur une « struc­ture-mère » qui lève des fonds et développe d’autres activ­ités non-lucra­tives, ce type de média est moins sen­si­ble aux aléas de la presse. Qui dit mod­èle asso­ci­atif dit aus­si par­fois lenteur au change­ment. La revue atten­dra 2007 et son 36ème numéro pour met­tre un peu de couleur sur sa cou­ver­ture et aér­er la présen­ta­tion. Les numéros 90 et 91 seront pro­duits en parte­nar­i­at avec le titre de l’ancien eurodéputé sou­verain­iste Paul-Marie Coûteaux Le Nou­veau Con­ser­va­teur mais le parte­nar­i­at fera long feu.

Depuis le numéro d’automne 2022, c’est Olivi­er Frère­jacques, par ailleurs jour­nal­iste à TV Lib­ertés, qui a repris la direc­tion de la revue. Tou­jours ouvert sur des sujets qui préoc­cu­pent les catholiques comme l’euthanasie, la revue con­tin­ue de traiter toutes sortes de ques­tions poli­tiques comme le dernier numéro sur le ter­ror­isme en atteste. Un numéro dont le dossier prin­ci­pal a été con­fié à un chercheur et maître de con­férence : Daniel Dory. Ce même enseignant spé­cial­iste du ter­ror­isme est à l’origine d’une brochure sur l’écoterrorisme pub­liée en marge de la revue tou­jours par l’association pour la fon­da­tion de ser­vice politique.

La guerre des abonnés

Liée à une struc­ture asso­cia­tive, la revue voit sa survie assurée. Le revers de la médaille pour ce type de pub­li­ca­tion est sa dépen­dance à la struc­ture mère. Avec un mil­li­er d’abonnés il y a une décen­nie, la revue a subi de plein fou­et la chute du nom­bre de lecteurs et aurait per­du les deux tiers de ses abonnés.

C’est tout l’enjeu de la nou­velle équipe aux manettes. Inter­rogé par l’Ojim, un rédac­teur du titre nous con­fie la volon­té de Lib­erté Poli­tique de se hiss­er à un demi-mil­li­er d’abonnés au pre­mier trimestre 2024 et d’atteindre le mil­li­er pour l’élection prési­den­tielle de 2027. Une pro­gres­sion con­stante des abon­nements est d’ailleurs pal­pa­ble depuis le mois de décem­bre et la présence de François Bil­lot de Lochn­er qui tient une chronique quo­ti­di­enne « Mes Lib­ertés poli­tiques » à la fin du jour­nal de TV Lib­ertés par­ticipe d’une plus grande vis­i­bil­ité de son asso­ci­a­tion et donc de la revue.