Accueil | Actualités | Médias | Libé : un pot de départ par jour
Pub­lié le 14 octobre 2014 | Éti­quettes : , ,

Libé : un pot de départ par jour

Depuis la reprise du quotidien par Bruno Ledoux et Patrick Drahi et l’ouverture d’une clause de cession (les journalistes peuvent quitter le titre dans des conditions avantageuses), Libération connaît « presque un pot de départ par jour » selon le mot d’un journaliste de la rédaction.

Une vingtaine de plumes historiques ont en effet décidé de quitter le navire, d’après Le Monde. Gérard Lefort (critique cinéma depuis le début des années 1980), Bayon (critique rock depuis 1980) et le chroniqueur Pierre Marcelle (accessoirement ancien militant du Parti communiste internationaliste avec Cambadélis) sont ainsi sur le départ.

De quoi changer l’ADN de Libé ? Ce qui est certain, c’est que l’on assiste à la fin de la génération des « historiques » (Lefort, Bayon et Marcelle sont nés respectivement en 1952, 1951 et 1952). « Ça va être dur pour ceux qui partent. Mais ce sera le cas aussi pour ceux qui restent, car on ne fera plus le même journal », résume un journaliste.

Ces vingt départs ne sont pourtant pas assez pour la direction du journal qui en espérait une cinquantaine, de quoi réaliser 5 millions d’économies sur la masse salariale (le journal devrait perdre entre 8 et 10 millions d’euros en 2014). La clause de cession reste donc ouverte jusqu’au 30 novembre, de quoi laisser encore un peu de temps à ceux qui hésitent…

Voir aussi : Libération, infographie

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This