Accueil | Actualités | Médias | Offshore Leaks : les journalistes refusent de livrer leurs infos
Pub­lié le 14 avril 2013 | Éti­quettes :

Offshore Leaks : les journalistes refusent de livrer leurs infos

Sans surprise, la presse a refusé d’obtempérer à la demande surréaliste du ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, de livrer les noms des contribuables français possédant un compte à l’étranger.

Dans le cadre du « Offshore Leaks », vaste enquête réalisée par un consortium de journaux internationaux, les journalistes ont en effet ces noms en leur possession. Hier c’est le quotidien Le Monde qui l’annonçait ainsi sur son site : « Protection des sources, protection de la mission d’information, sobre et rigoureuse, qui est la nôtre : pour ces deux raisons, Le Monde rejette fermement – comme l’ont fait les autres médias travaillant sur Offshore Leaks – toute demande, qu’elle soit judiciaire ou gouvernementale (…) A chacun son rôle. A la Justice d’établir les responsabilités là où la loi a pu être enfreinte. Aux gouvernants et législateurs de prendre des mesures pour prévenir les abus. A la presse d’éclairer le citoyen... »

Crédit photo : © Milady de Winter pour l'OJIM

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This