Accueil | Actualités | Médias | Les déboires d’Edwy Plenel au salon du livre
Pub­lié le 29 mars 2014 | Éti­quettes : , ,

Les déboires d’Edwy Plenel au salon du livre

Présent à ce salon du livre 2014, Edwy Plenel a reçu plusieurs visites, impromptues ou révélatrices, parmi lesquelles celle de l'ancienne femme de Nicolas Sarkozy, Cécilia Attias, ou encore des journalistes indépendants de l'Agence Info Libre.

Le 23 mars tout d'abord, Edwy Plenel refuse de répondre aux questions de l'Agence Info Libre, qui a été très en pointe sur l'affaire Dieudonné. « Je connais l'Agence Info Libre, et je n'ai rien à dire à l'Agence Info Libre », a expliqué le moustachu devant la caméra. Pourtant, quelques minutes plus tard, il répondait sans problème aux questions du « Supplément » de Canal+...

Que craignait tant Edwy Plenel pour ne pas vouloir répondre à des journalistes indépendants (cette indépendance dont il se réclame pourtant lui-même et dont il n'a de cesse de vanter les mérites) avant même qu'une question ne soit posée ?

La veille, l'Agence Info Libre interrogeait Roland Dumas sur le cas Plenel. Ancien ministre des affaires étrangères de François Mitterrand, Roland Dumas a confié dans ses mémoires avoir déclaré sous serment, alors qu'il parlait devant une Cour d'Appel comme témoin, que le président lui avait dit, un jour : « Il faut que vous sachiez, M. le ministre des Affaires étrangères, que M. Plenel est un agent de l'étranger. » Si celui-ci n'a pas précisé pour quelle organisation ou pays il pouvait bien travailler, M. Dumas se demande si « ça voulait dire que c'était un agent de l'OTAN ». «

Vous devriez savoir que quand on est chef de l'État, on sait beaucoup de choses », aurait conclu Mitterrand.

Des années plus tard, Roland Dumas maintient sa version : « Je n'ai pas dit que c'était mon opinion, que j'avais les faits. J'ai dit : "le président de la République m'a dit ce que je viens de dire". » « Et quand je vois un peu ses agissements, comportements (...) je ne peux pas me départir de cette obsession que j'ai eue à partir de cette conversation », confie-t-il ensuite.

Edwy Plenel, agent de l'étranger ? C'est en tout cas la question que souhaitait poser, dès le lendemain, l'Agence Info Libre au patron de Médiapart. Est-ce pour éviter le sujet que celui-ci a fui tout débat ?

Quoi qu'il en soit, ce dernier a également eu, lors de ce salon du livre, la « surprise » de la visite de Cécilia Attias et de son époux, Richard Attias. Le motif de leur visite ? « Féliciter » Edwy Plenel qui, on le rappelle, est à l'origine des principales affaires visant Nicolas Sarkozy, ancien mari et père d'un des enfants de Mme Attias : affaire Kadhafi, affaire Karachi, affaire des écoutes de Sarkozy, affaire Bettencourt...

Récemment, Plenel est celui qui a publié les écoutes d'une conversation confidentielle entre Sarkozy et son avocat, Me Thierry Herzog, passée sur une ligne privée. Et le 17 mars dernier, Edwy Plenel était sur le plateau de France 2, dans « Mots Croisés », pour évoquer cette affaire. À cette occasion, il n'a pas épargné l'ancien président. Un comportement qui a, semble-t-il, plu à Richard Attias qui, serrant la main du journaliste devant les caméras du « Petit Journal », lâche un très révélateur : « Vous étiez très bon à Mots Croisés. »

Plenel, agent de l'étranger... et chouchou des anti-Sarkozy ?

Voir le portrait que l’Ojim lui a consacré

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This