Accueil | Actualités | Médias | L’édition française du journal turc Zaman arrête sa parution suite à des menaces
Pub­lié le 31 août 2016 | Éti­quettes :

L’édition française du journal turc Zaman arrête sa parution suite à des menaces

Quand le climat tendu en Turquie a des conséquences en France.

Un mois et demi après le coup d'État avorté contre le président Erdogan, la version française du journal turc Zaman, hostile au régime en place, a décidé d'arrêter sa parution. Lancé en 2008 et traitant également de sujets français, comme la place de l'islam dans la société, Zaman France a fini par céder face aux nombreuses menaces de mort proférées contre ses journalistes et ses lecteurs.

« La violence du climat politique actuel en Turquie et la tournure inquiétante qu'ont pris les événements ne permettent plus, en effet, à notre rédaction d'accomplir correctement son travail journalistique », explique le quotidien dans un communiqué. En conséquence, celui-ci a décidé de mettre fin à sa parution papier comme à sa version numérique.

Proche du prédicateur Fethullah Gülen, le grand ennemi d'Erdogan, Zaman est sur la liste noire du gouvernement. En mars dernier, le journal avait été mis sous tutelle avant d'être fermé en juillet et plusieurs journalistes avaient été arrêtés.

Pour le rédacteur en chef de Zaman France, qui s'est exprimé dans Politis, il existe « une réelle volonté d'importer la répression en Europe et en France » à destination des journalistes tout d'abord mais aussi des lecteurs, dont plusieurs auraient également reçu les mêmes menaces de mort.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This