Accueil | Actualités | Médias | Le site MarsActu cambriolé à deux reprises
Pub­lié le 8 mars 2016 | Éti­quettes :

Le site MarsActu cambriolé à deux reprises

Le média local marseillais Marsactu a été cambriolé deux fois en une semaine, rapporte Le Monde.

Si le premier cambriolage semblait banalement crapuleux, le second en revanche laisse entrevoir que l'activité journalistique était particulièrement visée. « Le premier cambriolage s’est déroulé au cours du week-end des 27 et 28 février. À leur arrivée lundi matin dans leurs nouveaux bureaux du 6e arrondissement de Marseille, les journalistes de Marsactu ont découvert que la totalité de leurs ordinateurs et un appareil photo avaient été dérobés », raconte le site.

Pour Arrêt sur images, un journaliste de Marsactu, Jean-Marie Leforestier, raconte la deuxième intrusion, jeudi 3 mars : « Nos bureaux ont été mis sens dessus dessous et surtout les visiteurs ont ouvert tous les tiroirs et toutes les trappes. Ils ont trouvé notre nouveau matériel que nous avions planqué mais ne l’ont pas pris. Ils ont même ouvert une trappe d’arrivée d’eau dans la salle de bains. »

De quoi s'interroger sur le but de leur recherche. Comme le souligne Le Monde, « Marsactu s’est fait une spécialité des sujets polémiques. En pointe sur les enquêtes concernant l’état des écoles primaires marseillaises ou la reprise de Maritima Ferries (ex-SNCM), il pique régulièrement le milieu politique local, qui le regarde avec méfiance ».

Une enquête a donc été ouverte, les locaux ont été placés sous alarme et la préfecture de Marseille s'est déclarée « attentive » à l'affaire.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This