Accueil | Actualités | Médias | Le Press Club de France décerne ses prix de l’humour politique
Pub­lié le 3 octobre 2014 | Éti­quettes :

Le Press Club de France décerne ses prix de l’humour politique

Chaque année le Press Club épingle les meilleures déclarations d’humour involontaire des politiques.

Alain Juppé a gagné le Grand Prix avec « En politique on n’est jamais fini, regardez-moi » suivi de deux prix spéciaux pour Hervé Morin « Au centre, on n'est pas chargé d'être la roue de secours du Titanic » et pour Arnaud Montebourg « Je crois à un retour de Nicolas Sarkozy ; mais menotté ».

Michel Sapin n’a pas été oublié avec un prix d’encouragement pour son « Quand on ne va pas assez loin, c'est déjà qu'on va quelque part ». Nadine Morano gagne le prix de la PQR pour son mémorable « On a une recrudescence de violence... Par exemple, le vol des portables à l'arraché. Ça n'existait pas avant que les portables existent ».

Le mémorable et éphémère secrétaire d’État atteint de phobie administrative, Thomas Thévenoud, gagne un Prix-Nocchio pour « Je ne suis pas un fraudeur, je suis un contribuable négligent ».

Mais le vainqueur incontestable est notre Président normal pour une phrase qui pourrait figurer dans un recueil d’Alphonse Allais : « Quand ça va bien, on devrait se rappeler que ça ne va pas durer. Et quand ça va mal, on peut penser que cela pourrait aller plus mal ou que ça ne va pas durer ».

Crédit photo : partisocialiste via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This