Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
<span class="dquo">“</span>Méga” submergé dès le premier jour

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

22 janvier 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | “Méga” submergé dès le premier jour

Méga” submergé dès le premier jour

Temps de lecture : 2 minutes

Un an jour pour jour après la fermeture du site de stockage en ligne Megaupload, son créateur Kim Dotcom revient en force avec Mega, un site « plus grand, meilleur, rapide, fort, sûr ».

Alors que le nou­veau site a été lancé ce dimanche 20 jan­vi­er, près de 100 000 con­nex­ions ont eu lieu la pre­mière heure ! Le site est resté blo­qué presque toute la journée. « 250.000 util­isa­teurs inscrits. La capac­ité des serveurs à son max­i­mum. Ça devrait aller mieux une fois retombée l’e­uphorie ini­tiale. Wow! », s’est exclamé le mil­lion­naire alle­mand, tou­jours sous la men­ace d’une extra­di­tion aux Etats-Unis pour vio­la­tion de droits d’au­teur. Avec son site Megau­pload qui pro­po­sait des copies illé­gales de films et de musiques, il est en effet accusé d’« activ­ités crim­inelles » qui lui ont rap­porté la coquette somme de 175 mil­lions de dol­lars et ont couté pas moins de 500 mil­lions de dol­lars aux déten­teurs des droits des pro­duits cul­turels qu’il vendait.

Avec Mega, Kim Schmitz (rebap­tisé Kim Dot­com), veut à présent revenir en force. D’une capac­ité de 50 GB de stock­age, le site pro­pose une offre bien supérieure à celles de ses prin­ci­paux con­cur­rents Drop­box ou Google Dri­ve. « Con­traire­ment à la plu­part de nos con­cur­rents, nous util­isons une par­tie de l’art des tech­nolo­gies de cryptage basé sur nav­i­ga­teur où vous, et pas nous, con­trôlez les clés », a‑t-il déclaré. Le mil­lion­naire-pirate promet un site ultra-sécurisé et se cou­vri­ra ain­si de tout procès en cryptant les don­nées des util­isa­teurs de manière à ce que les admin­is­tra­teurs ne puis­sent pas y accéder.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran mega.co.nz