Accueil | Actualités | Médias | Le ministre du Travail relaxé après avoir qualifié Minute de journal « xénophobe »
Pub­lié le 18 juillet 2014 | Éti­quettes : ,

Le ministre du Travail relaxé après avoir qualifié Minute de journal « xénophobe »

Il y a deux ans, François Rebsamen, ministre du travail, avait estimé sur France Info que l'hebdomadaire Minute « prônait la xénophobie ».

« Voilà un journal qui a prôné et prône encore la xénophobie, sûrement, à la limite, le racisme et l'antisémitisme », avait-il déclaré. Aussitôt, la société Sacen, qui édite le journal incriminé, avait poursuivi M. Rebsamen pour injure publique, réclamant 5 000 euros de dommages et intérêts au ministre.

Cependant, le tribunal correctionnel de Paris l’a relaxé vendredi dernier, estimant que les propos en question « constituent l'expression d'un jugement de valeur porté par François Rebsamen sur l'idéologie et les positions défendues, selon lui, par une publication dont la nature polémique est notoire ». D'après le jugement, rapporté par l'AFP, ces propos « ne dépassent pas, dans un tel contexte, les limites admissibles de la liberté d'expression qui doit pouvoir s'exercer dans une société démocratique ».

Récemment condamné pour un titre polémique et humoristique sur les homosexuels (« mariage homo : bientôt ils vont pouvoir s’enfiler… la bague au doigt »), Minute avait été fustigé par les juges pour « un jeu de mot vulgaire sur la sodomie » dont le caractère « réducteur, clairement méprisant et outrageant » constituait bien une injure. Mais bien entendu, dire d’un journal qu’il est « xénophobe » n’est ni réducteur, ni clairement méprisant, ni outrageant et ne constitue donc pas une injure ! Pas sûr que « la justice ne juge que selon le code pénal » comme l’affirmait Christiane Taubira ces jours-ci…

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux