Accueil | Actualités | Médias | Le marché publicitaire de nouveau en baisse
Pub­lié le 25 mars 2013 | Éti­quettes :

Le marché publicitaire de nouveau en baisse

En 2009, au moment de la crise économique, les recettes publicitaires des médias s’étaient effondrées de 12,6 %. En 2012, elles ont à nouveau baissé, après une légère stabilisation, selon la dernière étude de l’IREP.

C’est la presse gratuite d’annonce qui a été le plus touchée avec -23,7 %. La presse quotidienne nationale et régionale n’est pas en reste : 8,9 % et 6,7 % de baisse par rapport à 2011. La télévision et la radio perdent respectivement 4,5 et 1,2 points quand les magazines et la presse spécialisée chutent de 5,5 % et 7 %.

Pour internet, c’est la progression qui est en baisse avec seulement +4,8 % pour le display et +7 % pour le search alors que les autres années avaient vu des augmentations à deux chiffres. Enfin, les recettes pour le mobile progressent de 29 %.

Après une certaine stabilisation suite à la chute de 2009, les recettes publicitaires sont de nouveau dans le rouge. D’où l’intérêt que portent les médias historiques au numérique payant ces derniers temps…

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This