Accueil | Actualités | Médias | Le marché publicitaire de nouveau en baisse
Pub­lié le 25 mars 2013 | Éti­quettes :

Le marché publicitaire de nouveau en baisse

En 2009, au moment de la crise économique, les recettes publicitaires des médias s’étaient effondrées de 12,6 %. En 2012, elles ont à nouveau baissé, après une légère stabilisation, selon la dernière étude de l’IREP.

C’est la presse gratuite d’annonce qui a été le plus touchée avec -23,7 %. La presse quotidienne nationale et régionale n’est pas en reste : 8,9 % et 6,7 % de baisse par rapport à 2011. La télévision et la radio perdent respectivement 4,5 et 1,2 points quand les magazines et la presse spécialisée chutent de 5,5 % et 7 %.

Pour internet, c’est la progression qui est en baisse avec seulement +4,8 % pour le display et +7 % pour le search alors que les autres années avaient vu des augmentations à deux chiffres. Enfin, les recettes pour le mobile progressent de 29 %.

Après une certaine stabilisation suite à la chute de 2009, les recettes publicitaires sont de nouveau dans le rouge. D’où l’intérêt que portent les médias historiques au numérique payant ces derniers temps…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux