Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | La Provence : Tapie flingue son propre quotidien
La Provence : Tapie flingue son propre quotidien

20 mars 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | La Provence : Tapie flingue son propre quotidien

La Provence : Tapie flingue son propre quotidien

La Provence : Tapie flingue son propre quotidien

À peine arrivé, Bernard Tapie fait des siennes, au point de se mettre d’emblée la rédaction de l’un de ses quotidiens à dos.

S’exprimant sur France Bleu ven­dre­di dernier à pro­pos du quo­ti­di­en La Provence, dont il est le nou­veau pro­prié­taire, l’homme d’affaire n’a pas gardé sa langue dans sa poche con­cer­nant le con­stat qu’il tire de la posi­tion du jour­nal. Tout d’abord, Tapie n’a pas hésité à avouer sa préférence… pour La Mar­seil­laise, con­cur­rent direct de La Provence ! « Je ne partage pas fon­da­men­tale­ment les idées que je trou­ve dans la Mar­seil­laise », mais « c’est pour moi le quo­ti­di­en le mieux fait de toute la région », a‑t-il con­fié avant de pour­suiv­re dans les éloges : « Il est intel­li­gent, il est bien fait, il est bien écrit, bref, je voudrais que les miens soient faits comme ça. » Il est vrai que dans les années 80, Tapie songeait à racheter… La Mar­seil­laise précisément.

Et ce dernier de s’en pren­dre à la con­fig­u­ra­tion actuelle de son pro­pre jour­nal : « Quand un quo­ti­di­en qui est né à Mar­seille, ce qui est quand même sa car­ac­téris­tique prin­ci­pale, vend 30 000 exem­plaires, abon­nements com­pris, dans une ville de près d’un mil­lion d’habi­tants, c’est qu’il y a un prob­lème, c’est que les Mar­seil­lais n’ont pas envie d’a­cheter leur quo­ti­di­en. » Il ajoute : « Ça veut dire que je fais aujour­d’hui le jour­nal que les Mar­seil­lais n’ont pas envie d’avoir, alors il faut qu’on les inter­roge. J’ai bien l’in­ten­tion qu’on soit beau­coup plus près de leurs exi­gences que de notre sat­is­fac­tion per­son­nelle. On va lancer une très grande enquête. »

« Nous avons été choqués d’en­ten­dre dire que “les Mar­seil­lais n’ont pas envie d’a­cheter” leur quo­ti­di­en et glob­ale­ment, que nous sommes mau­vais », a réa­gi la rédac­tion de La Provence dans un com­mu­niqué. Et celle-ci de con­tester les chiffres don­nés par Tapie : « Les chiffres don­nés par Bernard Tapie sont faux. La Provence est achetée à 46 000 exem­plaires et lue par 220 000 per­son­nes chaque jour à Marseille. »

« Pour nous La Provence, c’est d’abord un quo­ti­di­en auquel sont suff­isam­ment attachées 130 000 per­son­nes pour l’a­cheter tous les jours, dans une région qui ne se lim­ite pas qu’à Mar­seille mais cou­vre aus­si toutes les Bouch­es-du-Rhône, le Vau­cluse, et les Alpes de Haute Provence », s’est défendu la rédac­tion, arguant qu’elle « ne se lais­sera pas insul­ter sans réa­gir. Jamais, jusqu’i­ci, un patron n’avait piét­iné de la sorte une entre­prise qu’il a promis de redress­er ». Ambiance…

Crédit pho­to : cap­ture d’écran site www.laprovence.com

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.