Accueil | Actualités | Médias | La Grèce privée de presse étrangère
Pub­lié le 5 juin 2014 | Éti­quettes :

La Grèce privée de presse étrangère

La Grèce se retrouve, depuis plusieurs semaines, privée des journaux et magazines étrangers à cause de la fermeture de l'Agence hellénique de Distribution (AHD), société qui assurait le quasi-monopole de la distribution.

Celle-ci distribuait quotidiennement, ces dernières années, environ 4 000 titres étrangers dans 3 000 points de vente. Mais la fermeture récente de l'AHD a fortement compromis la diffusion. Seuls quelques rares journaux comme le Financial Times, le Wall Street Journal ou le Frankfurter Allgemaine Zeitung demeurent disponibles, car imprimés sur place.

Le 11 juin prochain, la société sollicitera sa mise en faillite au tribunal de commerce. De 55 millions d'euros en 2007, son chiffre d'affaires est tombé à 16,5 millions l'année dernière. Le nombre d'employés est quant à lui passé de 300 à 110. Pour Christophe Hadzopoulos, le modèle d'activité de sa société « ne marche plus, après avoir fonctionné merveilleusement bien pendant 45 ans » de bénéfices.

Les raisons de la chute sont bien entendu la crise qui a touché la Grèce, mais aussi l'arrivée de l'euro qui, selon M. Hadzopoulos, a créé une « tendance à raisonner en termes de marché unique », et donc à adapter le prix national aux prix à l'étranger. La forte baisse du tourisme a également porté un coup dur aux publications étrangères, prisées par les touristes étrangers en vacances en Grèce.

Crédit photo : hindrik via Flickr (cc) / image de fond : spyrospapaspyropoulos via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This