Accueil | Actualités | Médias | La Grèce privée de presse étrangère
Pub­lié le 5 juin 2014 | Éti­quettes :

La Grèce privée de presse étrangère

La Grèce se retrouve, depuis plusieurs semaines, privée des journaux et magazines étrangers à cause de la fermeture de l'Agence hellénique de Distribution (AHD), société qui assurait le quasi-monopole de la distribution.

Celle-ci distribuait quotidiennement, ces dernières années, environ 4 000 titres étrangers dans 3 000 points de vente. Mais la fermeture récente de l'AHD a fortement compromis la diffusion. Seuls quelques rares journaux comme le Financial Times, le Wall Street Journal ou le Frankfurter Allgemaine Zeitung demeurent disponibles, car imprimés sur place.

Le 11 juin prochain, la société sollicitera sa mise en faillite au tribunal de commerce. De 55 millions d'euros en 2007, son chiffre d'affaires est tombé à 16,5 millions l'année dernière. Le nombre d'employés est quant à lui passé de 300 à 110. Pour Christophe Hadzopoulos, le modèle d'activité de sa société « ne marche plus, après avoir fonctionné merveilleusement bien pendant 45 ans » de bénéfices.

Les raisons de la chute sont bien entendu la crise qui a touché la Grèce, mais aussi l'arrivée de l'euro qui, selon M. Hadzopoulos, a créé une « tendance à raisonner en termes de marché unique », et donc à adapter le prix national aux prix à l'étranger. La forte baisse du tourisme a également porté un coup dur aux publications étrangères, prisées par les touristes étrangers en vacances en Grèce.

Crédit photo : hindrik via Flickr (cc) / image de fond : spyrospapaspyropoulos via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This