Accueil | Actualités | Médias | La grande presse allemande ouvre les bras aux clandestins
Pub­lié le 4 septembre 2015 | Éti­quettes :

La grande presse allemande ouvre les bras aux clandestins

Les grands journaux allemands annoncent la couleur. Alors que le pays doit accueillir 800 000 migrants en 2015 et que les tensions s'accroissent, certains grands quotidiens font leur une en invitant leurs lecteurs à aider les clandestins.

Bild, le journal le plus lu d'Europe, a ainsi titré il y a trois jours : « Le grand drame des réfugiés - Nous aidons. » Celui-ci entend lancer une « grande opération d'aide » pour « montrer que les braillards et les xénophobes ne gueulent pas en notre nom » et que « l'Allemagne a un cœur pour ceux qui ont besoin d'aide ». Une initiative saluée au sein du gouvernement allemand. Le 3 septembre, le journal a publié la photo de l’enfant syrien mort sur une plage turque en dernière page de son édition, avec en titre de première page : « Nous pleurons »

De son côté, Der Spiegel proposait il y a quelques jours une double couverture. La première entendait montrer la « sombre Allemagne » avec une photo d'un camp de clandestins incendié. L'autre présentait une « Allemagne lumineuse » avec une photo montrant des enfants de clandestins lançant des ballons dans un ciel bleu, où il ne manquait plus que le nuage des Bisounours.

Enfin, le grand quotidien munichois Süddeutsche Zeitung a récemment livré un « guide pratique » à ses lecteurs, destiné à ceux qui souhaitent venir en aide aux réfugiés...

Si la grande presse allemande avait voulu fournir une preuve incontestable de son alignement total et sans réserve sur la politique de Berlin et de Bruxelles, elle ne s'y serait pas prise autrement.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This