Accueil | Actualités | Médias | Journaliste de presse écrite, « pire métier du monde » ?
Pub­lié le 28 avril 2013 | Éti­quettes :

Journaliste de presse écrite, « pire métier du monde » ?

Le métier de journaliste de presse écrite serait le pire métier du monde selon une étude menée par le site américain CarrerCast.

Stress important, revenus très moyens (36 000 $ soit environ 28 000 € par an) et des perspectives professionnelles mitigées ont pesé dans la balance de l’étude, qui se base sur les données du Bureau des statistiques du travail. Le métier de journaliste de presse écrite était en concurrence avec des centaines d’autres et a finalement décroché la palme.

Pour Paul Gillin, ce métier « s'effondre en raison du modèle non durable de la presse écrite. Un modèle qui disparaîtra sûrement complètement d'ici dix ans ». Il est aussi soumis à une concurrence croissante dans le numérique. « Avec l’évolution des technologies, les contenus sont accessibles en lignes de n’importe où et menacent les journaux papiers », ajoute Rochelle Gilken, une ancienne journaliste.

Crédit photo : Lucija Hilje via SXC (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.