Accueil | Actualités | Médias | Journaliste de presse écrite, « pire métier du monde » ?
Pub­lié le 28 avril 2013 | Éti­quettes :

Journaliste de presse écrite, « pire métier du monde » ?

Le métier de journaliste de presse écrite serait le pire métier du monde selon une étude menée par le site américain CarrerCast.

Stress important, revenus très moyens (36 000 $ soit environ 28 000 € par an) et des perspectives professionnelles mitigées ont pesé dans la balance de l’étude, qui se base sur les données du Bureau des statistiques du travail. Le métier de journaliste de presse écrite était en concurrence avec des centaines d’autres et a finalement décroché la palme.

Pour Paul Gillin, ce métier « s'effondre en raison du modèle non durable de la presse écrite. Un modèle qui disparaîtra sûrement complètement d'ici dix ans ». Il est aussi soumis à une concurrence croissante dans le numérique. « Avec l’évolution des technologies, les contenus sont accessibles en lignes de n’importe où et menacent les journaux papiers », ajoute Rochelle Gilken, une ancienne journaliste.

Crédit photo : Lucija Hilje via SXC (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux