Accueil | Actualités | Médias | Journalisme : le latin réhabilité !
Pub­lié le 14 février 2013 | Éti­quettes :

Journalisme : le latin réhabilité !

C’est une journaliste de l’agence de presse italienne Ansa, maîtrisant le latin, qui a, la première, relayé l’information du renoncement du pape à ses fonctions, lundi 11 février. Le directeur de l’agence, répondant à l’AFP, a du coup insisté sur la nécessité d’apprendre cette langue morte pour les journalistes.

« À un moment, il (le pape, NDLR) s'est arrêté de parler du Consistoire. Notre journaliste a compris qu'il disait qu'il était fatigué, que la pression était trop forte et qu'il allait arrêter » raconte Luigi Contu. La journaliste en question, Giovanna Chirri, n’ayant pu joindre le porte-parole du Vatican, a aussitôt relayé l’information en se basant sur sa propre connaissance du latin, quand ses collègues attendaient désespérément une traduction. « C'est une revanche de la culture dans la préparation des futurs journalistes », sourit M. Contu, fier d’avoir été le premier à diffuser l’information du moment.

C’est également en latin que le journal Libération a proposé sa Une et son éditorial le lendemain. « Papus interruptus » titrait le quotidien, quand son éditorial, « Cogitatio » (songe), était signé d’un certain « Nicolaus Demorandus » (Nicolas Demorand, le patron de la rédaction). Un clin d’œil amusé qui masque cependant mal l’anticléricalisme viscéral du journal, confirmé dès le lendemain avec une Une titrant : « Après le pape, Dieu démission ! »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This