Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Interview de Poutine : la traduction manipulée ?

31 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Interview de Poutine : la traduction manipulée ?

Interview de Poutine : la traduction manipulée ?

Le meilleur de l’Ojim en 2014 (11) — Pendant les fêtes, l’Ojim fait relâche et se rallie à la trêve des confiseurs. L’occasion de vous faire revivre les grands moments de l’année 2014 du point de vue de la critique des médias. Cette année, l’Ojim s’est particulièrement attaché à décrypter le discours produit par les médias par une analyse exhaustive de certaines émissions ou de certains supports de presse. Mais l’Ojim continue également de débusquer petites et grosses manipulations dont se rendent coupables certains journalistes, et tente de mettre à jour les enjeux qui se cachent derrière ce combat de la parole. N’oubliez pas que l’Ojim est un site entièrement indépendant qui ne vit que grâce à vos dons. Aidez-nous à remplir notre rôle d’Observatoire des médias et à exercer librement notre critique du système médiatique. Tout don nous est utile.

[divider]

Depuis l’entretien que Vladimir Poutine a accordé à TF1 et Europe 1, mercredi 5 juin, il est de bon ton de répéter que le chef d’État russe, en plus de tout ce que lui reprochent les occidentaux, est un affreux misogyne. Interrogé sur les déclarations de l’ex-secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, qui avait comparé ses méthodes à celles d’Hitler, celui-ci n’a‑t-il pas déclaré qu’« il était préférable de ne pas débattre avec les femmes » ?

Autrement dit : les femmes, et en par­ti­c­uli­er, Hillary Clin­ton, ne sont pas assez intel­li­gentes pour que l’on puisse débat­tre avec elles et il vaut donc mieux les traiter avec mépris. Le mes­sage, on le voit, est claire­ment misog­y­ne.

Le prob­lème, c’est qu’en russe, le verbe « спорить » employé par le prési­dent Pou­tine, ne sig­ni­fie pas « débat­tre », au sens courant de « dis­cuter », mais plutôt « se dis­put­er » ou « se chamailler ». Il existe un verbe spé­ci­fique pour débat­tre qui est « обсуждать ».

La véri­ta­ble tra­duc­tion du pro­pos de Pou­tine serait ain­si : « il est préférable de ne pas se chamailler avec les femmes » ou « il est préférable de ne pas se dis­put­er avec les femmes ». Le pro­pos s’entend ain­si davan­tage comme l’expression d’une galanterie, certes un rien suran­née et pater­nal­iste, que comme une tirade misog­y­ne et méprisante. « Tradut­tore tra­di­tore » (tra­duc­teur traitre) dis­ent les Ital­iens !

La ques­tion qui demeure est évidem­ment celle du car­ac­tère volon­taire ou non de cette faute de tra­duc­tion. Impré­ci­sion dans le feu de l’action ? Volon­té de noir­cir le tableau ? Impos­si­ble à savoir.

Mais ce qui est sûr, c’est que la plu­part des médias ont fon­cé tête bais­sé, ain­si que l’inénarrable Valérie Tri­er­weil­er, « heureuse de ne pas avoir à ser­rer la main de Pou­tine », comme elle écrivait sur son compte Twit­ter quelques heures après l’interview. Il est vrai que Valérie Tri­er­weil­er n’a jamais sem­blé par­ti­c­ulière­ment appréci­er les hommes galants…

Crédit pho­to : unis­gene­va via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.